VIDEO. Serge Atlaoui aura le choix de mourir «assis ou debout face à douze tireurs»

PEINE DE MORT La justice indonésienne a annoncé, jeudi soir, qu’elle préparait l’exécution de condamnés à mort dans des affaires de drogue, dont le Français Serge Atlaoui…

Vincent Vantighem

— 

Nusa Kambangan (Indonésie), le 5 mars 2015. Sabine Atlaoui prend le bateau pour rendre visite à son mari sur l'île prison de Nusa Kambangan.
Nusa Kambangan (Indonésie), le 5 mars 2015. Sabine Atlaoui prend le bateau pour rendre visite à son mari sur l'île prison de Nusa Kambangan. — BAY ISMOYO / AFP

Douze hommes face à lui. Et la mort au bout du fusil. La justice indonésienne a annoncé, jeudi soir, qu’elle préparait l’exécution d’une dizaine de ressortissants étrangers condamnés pour «trafic de stupéfiants» dont le Français Serge Atlaoui. «Nous l’avons eu au téléphone. Et ça ne va pas fort…», lâche une source diplomatique à 20 Minutes.

Les faits: L’exécution d’Atlaoui n’est pas encore «officiellement» programmée

Si les autorités consulaires françaises n’ont pas encore reçu «officiellement» la notification de l’exécution prochaine du Mosellan de 51 ans condamné pour «trafic de stupéfiants», elles savent que le temps est compté. «Quand un surveillant va venir le chercher pour le placer à l’isolement, il saura qu’il n’a plus que 72 heures avant d’être exécuté», lâche, bouleversée, son épouse Sabine.

Trois tireurs sur douze tirent à balles réelles

L’Indonésie a choisi la méthode du peloton d’exécution pour pratiquer les condamnations à mort. Responsable de la commission Abolition de la peine de mort au sein d’Amnesty France, Anne Denis explique à 20 Minutes comment les choses tragiques vont se dérouler.

Portrait: Des chantiers mosellans aux geôles indonésiennes

«Serge Atlaoui aura le choix de se tenir debout ou assis face au peloton d’exécution, indique-t-elle ainsi. On va lui proposer soit une cagoule soit un bandeau à placer sur les yeux.» Face à lui, le Français aura alors douze tireurs, situés à une distance de cinq à dix mètres.

L’Indonésie a aussi pensé au sentiment de culpabilité qui pourrait étreindre ces tireurs, responsables d’une mort. «Sur les douze hommes, trois seulement tirent à balles réelles. Les neuf autres tirent à blanc, poursuit Anne Denis. Et personne ne sait réellement qui a vraiment tué ou pas.»

Dans la nuit de samedi à dimanche

Selon les informations de l’association Ensemble contre la peine de mort, les exécutions en Indonésie se passent souvent de nuit pour éviter les troubles dans les prisons où elles se déroulent. «Les dernières fois, cela se passait toujours dans la nuit de samedi à dimanche», indique une de ses membres à 20 Minutes.

Analyse: Pourquoi la diplomatie ne sauvera pas Serge Atlaoui?

Le Quai d’Orsay préfère pour l’instant ne pas s’attarder sur ces informations. «Nous sommes concentrés sur les moyens d’action pour éviter que cette exécution n’ait lieu», indique Romain Nadal, le porte-parole.