Le Mexique autorise des agents de sécurité étrangers armés sur son territoire

MONDE Cette loi est très controversée...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un homme en tenue militaire portant une arme.
Illustration d'un homme en tenue militaire portant une arme. — Andrew Lubimov/AP/SIPA

Le Parlement mexicain a approuvé jeudi une loi controversée permettant à des agents de sécurité d'autres pays de porter des armes sur son territoire, une initiative critiquée par la gauche qui y voit le résultat d'une pression des Etats-Unis.

La Chambre des députés a adopté par 288 voix contre 82 et neuf abstentions cette réforme de loi sur les armes à feu et les explosifs proposée par le président Enrique Peña Nieto (Parti Revolutionnaire instituionnel, PRI).

Ces dispositions nouvelles vont permettre que des agents étrangers des douanes, des services migratoires et ceux qui font partie des services de sécurité lors des visites de dirigeants étrangers disposent d'un permis spécial pour porter des armes allant jusqu'à un calibre de 40mm, dans certains lieux déterminés.

« Pas de carte blanche »

Le texte adopté n'inclut pas de permis pour d'autres types d'agences de sécurité étrangères, principalement des Etats-Unis, qui collaborent dans la lutte contre les puissants cartels mexicains de la drogue.

« On ne donne pas de carte blanche à des agents étrangers, on établit une réglementation très stricte », a assuré lors du débat une député du PRI, Víctor Díaz.

Toutefois, le Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche) a estimé qu'en réalité la réforme répond à une méfiance du gouvernement des Etats-Unis envers les forces de sécurité du Mexique sur les plus de 3.000 kilomètres de frontière commune.

Partenaire commercial des Etats-Unis

« Ces réformes sont clairement imposées de l'extérieur à notre pays », a affirmé la députée du PRD Lizbeth Rosas. Elle a mis en doute que, dans ce domaine, ont puisse établir des règle de « réciprocité » avec d'autres pays pour les agents mexicains.

Javier Oliva, expert en sécurité de l'Université nationale autonome du Mexique (Unam), a aussi estimé qu'il est peu probable qu'une discussion identique ait lieu prochainement à Washington.

Le Mexique est le troisième partenaire commercial des Etats-Unis, derrière la Chine et le Canada avec quelques 500 milliards de dollars d'échanges annuels, dont 70% s'effectuent à travers la frontière terrestre commune où passent 350 millions de personnes par an.