Crash du vol MH17: Un expert néerlandais écarté après avoir montré des photos des corps

UKRAINE Il a montré les photos pendant une conférence ouverte à tous...

M.C. avec AFP

— 

Les corps des victimes néerlandaises du crash MH17 arrivent aux Pays-Bas, le 24 juillet 2014.
Les corps des victimes néerlandaises du crash MH17 arrivent aux Pays-Bas, le 24 juillet 2014. — HOLLANDSE HOOGTE/SIPA

Le gouvernement néerlandais a mis fin jeudi à sa collaboration avec un anthropologue travaillant à l'identification des victimes du vol MH17, abattu en Ukraine à la mi-juillet 2014, ce dernier ayant montré des photos de restes humains au cours d'une conférence publique organisée par des étudiants en médecine.

George Maat est un anthropologue de l'université de Leiden (ouest). Il travaillait pour la police médico-légale en tant qu'expert indépendant à l'identification des dépouilles des 298 personnes tuées, aux deux tiers des Néerlandais, dans la destruction le 17 juillet de l'avion du vol MH17 au-dessus de l'est de l'Ukraine en guerre.

Conférence pour des étudiants en sciences de la santé

En plus d'avoir montré les photos pendant une conférence ouverte à tous, on lui reproche d'avoir commenté des aspects de la catastrophe qui sortent de son domaine d'expertise, notamment ses causes, d'autant que certaines de ses déclarations «étaient incorrectes», selon le ministre. Plus tôt dans la journée, le ministre Ard van der Steur avait qualifié de «totalement déplacée et de mauvais goût» l'intervention de George Maat.

Celui-ci avait donné début avril une conférence pour une association d'étudiants en sciences de la santé à l'université de Maastricht. Il dit ne pas avoir «réalisé» que d'autres personnes, pouvaient y assister. «Je suis vraiment désolé d'avoir pu blesser ou affliger les proches des victimes», a-t-il déclaré.

Evert van Zijtveld, vice-président de l'association «Catastrophe aérienne MH17», qui rassemble des proches des personnes ayant péri, a jugé que montrer ces photos était «honteux et avait choqué les familles des victimes».