« C'est lié à la création du Tribunal sur Hariri »

©2007 20 minutes

— 

Nayla Moawad

Ministre des Affaires sociales du gouvernement libanais.

Quelles sont les mesures

qui vont être prises

par le gouvernement

contre Fatah al-Islam ?

Dimanche soir, le Premier ministre Fouad Siniora a donné carte blanche à l'armée afin qu'elle prenne les mesures nécessaires pour neutraliser Fatah al-Islam. Mais pour l'instant, l'armée ne va pas entrer dans le camp de Nahr al-Bared. Cela fait trente-huit ans que l'Etat libanais ne peut plus entrer dans les camps palestiniens, cela ne pourra donc pas se faire en un jour. Nous allons devoir discuter avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et avec les différentes factions présentes dans les camps pour prendre les mesures nécessaires. Mais, ces événements remettent à l'ordre du jour la résolution 1 559 de l'ONU qui prévoit, notamment, le désarmement de toutes les milices présentes sur le sol libanais [dont le Hezbollah].

Ces combats ont-ils

un rapport avec la création

du Tribunal international

sur l'assassinat,

en février 2005, de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri ?

Cela n'engage que moi et pas le gouvernement, mais oui, bien sûr, je suis intimement convaincue que ces événements sont liés à la création du Tribunal international par le Conseil de sécurité des Nations unies. D'autant que les négociations pour une résolution contraignante devaient reprendre, hier à New York. Pour moi, il est évident que Fatah al-Islam est une faction manipulée par Bachar el-Assad, le chef de l'Etat syrien, qui fait tout pour empêcher la création du tribunal.