Les camps palestiniens, un Etat dans l'Etat libanais

©2007 20 minutes

— 

Difficile de comprendre les soubresauts du Liban

sans passer par l'histoire des Palestiniens. Selon l'ONU, 250 000 Palestiniens vivraient au Liban, où nombre d'entre eux se sont réfugiés en 1948. En 1969, les douze camps de réfugiés palestiniens passent sous contrôle de l'OLP, devenu « un Etat dans l'Etat ».

Avec le départ de l'OLP, Damas prend le relais. Depuis la fin de la guerre du Liban, en 1991, l'armée libanaise n'a toujours pas le droit d'y entrer. Dans ces zones, où les constructions « en dur » ont longtemps été interdites, sévit une grande misère, ce qui en fait un terrain fertile pour l'islamisme. Fatah al-Islam se serait installé à Nahr al-Bared en novembre 2006. Autre groupe djihadiste actif : Osbat al-Ansar présent à Aïn el-Héloué, près de Saïda (sud). Certains craignaient que les affrontements avec Fatah al-Islam ne les fassent réagir.

Hezbollah Aussi étrange que cela puisse paraître, les milieux salafistes djihadistes (sunnites) du type Fatah al-Islam et Osbat al-Ansar ne sont pas fondamentalement hostiles au Hezbollah (chiite), du fait de leur lutte commune contre Israël.