Naufrage meurtrier: Une partie des migrants étaient enfermés à fond de cale

MEDITERRANEE En conséquence, le parquet de Catane est accusé de «séquestre de personnes»...

20 Minutes avec AFP

— 

Recherche de survivants en mer Méditerranée après le naufrage d'un bateau avec à bord des centaines de migrants, le 19 avril 2015.
Recherche de survivants en mer Méditerranée après le naufrage d'un bateau avec à bord des centaines de migrants, le 19 avril 2015. — AP/SIPA

Ou comment garantir qu'un naufrage sera meurtrier. Le parquet de Catane, en Sicile, a accusé mercredi de «séquestre de personnes» le capitaine du chalutier qui a fait naufrage au large de la Libye, après avoir recueilli des témoignages dénonçant l'enfermement dans les cales, verrouillées, d'une partie des 800 victimes.

Ce Tunisien âgé de 27 ans était déjà accusé par le parquet de naufrage involontaire, d'homicides multiples involontaires, et d'avoir favorisé l'immigration clandestine.

Les moins fortunés enfermés à fond de cale

Arrivés mardi en Sicile, 28 survivants, dont les deux passeurs, de cette catastrophe ont commencé à livrer à la presse et à la justice des informations effrayantes sur les conditions de leur traversée. Des survivants ont ainsi raconté que les moins fortunés étaient enfermés à clé à fond de cale, quand le naufrage a eu lieu à quelque 60 milles (110 km) des côtes libyennes.

Selon le parquet, il résulte de l'audition des survivants «le fait que ceux qui se trouvaient dans les ponts inférieurs avaient été enfermés (....) et que les portes étaient verrouillées». «En conséquence, le capitaine, Mohammed Ali Malek, se voit accusé également du délit de séquestre de personnes, avec la circonstance aggravante de la présence de mineurs».

L'inculpation d'Ali Malek, qui pourrait être décidée vendredi par un juge, ne semble guère faire de doutes. Il est désigné par le parquet de Catane comme le responsable principal du drame.