Indonésie: Pour l'avocat de Serge Alaoui «le rejet du recours en révision est incompréhensible»

INTERVIEW Me Richard Sédillot, l’avocat français du Français condamné à mort, réagit à la décision rendue ce mardi par la Cour suprême indonésienne,

Propos recueillis par Bérénice Dubuc

— 

Serge Atlaoui et son avocate Nancy Yuliana au tribunal le 1er avril 2015 à Tangerand près Jakarta Lancer le diaporama
Serge Atlaoui et son avocate Nancy Yuliana au tribunal le 1er avril 2015 à Tangerand près Jakarta — ROMEO GACAD AFP

La Cour suprême d'Indonésie a rejeté ce mardi la demande de révision du procès de Serge Atlaoui, condamné à mort en 2007 et incarcéré depuis dix ans dans ce pays  pour trafic de drogue. En conséquence, l'artisan-soudeur originaire de Metz pourrait devenir le premier Français à être exécuté depuis près de 40 ans. Joint par 20 Minutes, son avocat français, Me Richard Sédillot, s’est dit abasourdi.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de la décision de la Cour suprême?

Je suis effondré, le sol s’est dérobé sous mes pieds en apprenant cette nouvelle. C’est pour moi une décision incompréhensible. On ignore pourquoi les nouvelles pièces que nous avons présentées ont été rejetées. On ignore aussi pourquoi la Cour n’a même pas voulu entendre nos témoins. Et ce que je ne comprends pas surtout, c’est que le principal accusé, celui qui a tout organisé, voit lui son recours en révision examiné avec la plus grande attention, alors que notre demande à nous a été évacuée en une seule audience.

Avez-vous été en contact avec Serge Atlaoui ou avec sa femme?

Pas avec Serge, mais j’ai eu sa femme Sabine au téléphone ce matin. Elle est toujours aussi courageuse, discrète, pleine d’abnégation… Désormais, on va tenter de continuer, de retrouver des forces pour repartir au combat. On va essayer d’imaginer ce que l’on peut faire.

Quels peuvent être les recours désormais pour sauver Serge Atlaoui?

La demande de révision de son procès était l’ultime recours. La demande de grâce présidentielle a déjà été refusée par le président indonésien, Joko Widodo, en janvier dernier. On peut peut-être en formuler une nouvelle...

Laurent Fabius a souligné les «conséquences» pour les relations diplomatiques avec l’Indonésie si la sentence était mise à exécution. Cela peut-il jouer en la faveur de Serge Atlaoui?

Il y a déjà eu des tentatives, des gestes qui ont été faits par la diplomatie française. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et même François Hollande lui-même sont déjà intervenus. Mais cela n’a jusqu’ici pas porté ses fruits.