Méditerranée: Appel de détresse d'un bateau transportant plus de 300 migrants

IMMIGRATION Ce thème dramatique est à l'ordre du jour de plusieurs réunions de ministres européens ce lundi...  

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: surveillance du trafic maritime en Méditerranée, avril 2015.
Illustration: surveillance du trafic maritime en Méditerranée, avril 2015. — Angelo Carconi/AP/SIPA

La loi des séries n'épargne pas les migrants. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué avoir reçu lundi un appel de détresse lancé par téléphone par une personne disant se trouver sur un bateau en train de couler, avec quelque 300 migrants à bord, en Méditerranée.

«L'OIM à Rome vient de recevoir un appel demandant de l'aide d'un bateau dans les eaux internationales (...) La personne qui a appelé dit qu'il y a plus de 300 passagers sur son bateau et qu'il est en train de couler», a indiqué aux médias l'organisation internationale, basée à Genève. Cette même personne a indiqué à l'OIM qu'il y avait au moins 20 morts.

«Parler de naufrage est trop prématuré»

Un porte-parole de l'OIM, Flavio Di Giacomo, a affirmé sur la chaîne italienne RaiNews24 que «pour le moment, il s'agit simplement d'un appel au secours, parler de naufrage est trop prématuré». «Souvent les migrants, quand ils sont encore proches de la Libye, appellent les garde-côtes et les associations pour leur demander de l'aide», a-t-il expliqué. Ceci «ne veut pas dire qu'ils sont dans une situation désespérée».

Selon la personne qui a téléphoné lundi à l'OIM, il y avait à ce moment-là trois bateaux de migrants voguant côte à côte en Méditerranée. D'après Matteo Renzi, ce sont deux appels de détresse qui ont été reçus, le deuxième provenant d'une embarcation transportant de 100 à 150 migrants. A Genève, le porte-parole de l'OIM ignorait dans quelles eaux se trouvaient les embarcations. L'organisation a dit avoir contacté les gardes-côtes, sans préciser lesquels.

Sauvetage difficile

Mais selon l'OIM, les gardes-côtes «n'ont pas les moyens de les secourir maintenant» car ils manquent de ressources en raison du naufrage d'un chalutier tôt dimanche au large de la Libye, qui a fait des centaines de disparus selon des survivants.

D'après l'OIM,  les garde-côtes vont probablement essayer de rediriger des navires commerciaux vers le lieu où le bateau est en train de couler. Une opération pas facile car, selon l'OIM, certains navires commerciaux «ne veulent pas collaborer».

L'Europe priée de se mobiliser

Ce naufrage a lieu dans un contexte lourd, alors qu'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye a coulé ce week-end, faisant redouter la « pire tragédie » de ce type en Méditerranée, avec au moins 700 disparus présumés, et accentue encore la pression sur l'Europe, qui envisage de convoquer un sommet extraordinaire.

Ce lundi, le sujet est à l'ordre du jour d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères et de l'Intérieur à Luxembourg.

Le drame du week-end faisait déjà suite à deux naufrages la semaine dernière, dont l'un a fait 400 disparus, et l'autre plus de 40, selon le récit de survivants à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et à des ONG.