Triton, MOAS... Trois opérations de secours en Méditerranée

IMMIGRATION «20 Minutes» fait le point sur les opérations Triton, Mare Nostrum et MOAS..

M.P. avec AFP

— 

Des migrants sauvés dans le cadre de l'opération italienne Mare Nostrum débarquent à Palerme le 20 octobre 2014
Des migrants sauvés dans le cadre de l'opération italienne Mare Nostrum débarquent à Palerme le 20 octobre 2014 — Gabriel Bouys AFP

Après le naufrage probable d'au moins 700 migrants ce week-end - ce qui constituerait la pire «hécatombe» depuis le début du conflit syrien, la pression s'accentue sur l'Union européenne pour qu'elle réagisse.

Traifc de migrants: Un marché macabre en plein essor

Plusieurs opérations de secours des migrants fuyant depuis les côtes nord-africaines vers celles de l'Europe ont été lancées en Méditerranée, dont la plus importante, baptisée Mare Nostrum, a été abandonnée par l'Italie à l'automne 2014. 20 Minutes fait le point.

L'Opération Mare Nostrum

A la suite des tragédies autour de l'île italienne de Lampedusa, survenues fin 2013 et qui ont coûté la vie à plus de 400 personnes, l'Italie a lancé l'opération militaro-humanitaire Mare Nostrum. Avec pour objectif de surveiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre la Méditerranée, en particulier le détroit de Sicile, afin de sauver le plus grand nombre possible de vies.

Migrants: Que peut faire l'Europe pour éviter les drames?

En un an, cette mission a permis de secourir plus de 150.000 personnes, soit plus de 400 par jour en moyenne, et d'arrêter 351 passeurs, grâce à un important déploiement de forces navales et aériennes.

Elle n'a toutefois pas empêché les drames: au moins 3.300 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée en 2014. Commencée le 18 octobre 2013, l'opération menée par la marine italienne a officiellement pris fin mi-octobre 2014, notamment en raison du coût très élevé supporté par la seule Italie: 9 millions d'euros par mois.

L'Opération Triton

L'Europe a pris la relève de Mare Nostrum avec son opération bien plus modeste, appelée Triton. Coordonnés par Frontex, l'agence européenne pour la surveillance des frontières, les pays membres de l'UE ont mis à disposition plusieurs navires, quatre avions, un hélicoptère et 65 officiers.

Immigration illégale: +250% en un an selon Frontex

Changement de stratégie cette fois: tandis que Mare Nostrum était une mission de sauvetage et oeuvrait jusqu'aux côtes libyennes, Triton vise avant tout au contrôle des frontières et reste limitée aux eaux territoriales européennes.

Le budget de l'opération Triton est de près de 3 millions d'euros par mois. La durée de cette opération, qui n'a pas été définie, dépend essentiellement du budget alloué à Frontex en 2015.

L'opération européenne n'a pas vocation à remplacer l'opération militaire italienne car Triton est un outil de soutien et ne se substitue pas aux obligations de l'Italie, a souligné la Commission européenne, tandis que l'Italie réclame toujours à l'UE plus de soutien.

L'Opération MOAS

Parfois les associations prennent le relais des institutions. C'est le cas avec MOAS (The Migrant Offshore Aid Station), une ONG maltaise, financée par un couple millionnaire italo-américain et qui a aidé à sauver quelque 3.000 immigrés en Méditerranée l'été dernier. Le projet est né de la volonté de ce couple fortuné: un navire de 40 mètres de long, le Phoenix, embarquait à bord deux drones ainsi qu'un équipage de 18 personnes comprenant des secouristes, un médecin et des infirmiers, avec pour but de prêter main forte aux autorités italiennes dans le secours des migrants.

Lire aussi: Le couple de millionnaires qui sauve les migrants en Méditerranée

A court de moyens, fin 2014, l'ONG avait lancé un appel à des financements pour l'aider à poursuivre ses opérations de secours. Vendredi dernier, l'ONG Médecins sans frontières et MOAS ont annoncé le lancement «dans quelques semaines» d'une opération commune de recherche, sauvetage et aide médicale en Méditerranée.

L'opération annoncée se déroulera de mai à octobre. Une équipe de vingt personnes sillonnera la Méditerranée à bord d'un navire comprenant divers équipements, dont des drones de surveillance.