Naufrage de migrants: Une «hécatombe» redoutée

MONDE Le bateau transportait 700 migrants. Il pourrait s'agir de la pire catastrophe jamais vue en Méditerranée...

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants naufragés secourus en Méditerranée, à leur arrivée le 16 avril 2015 au port d'Augusta en Sicile
Des migrants naufragés secourus en Méditerranée, à leur arrivée le 16 avril 2015 au port d'Augusta en Sicile — GIOVANNI ISOLINO AFP

Un chalutier chargé de 700 migrants a fait naufrage au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche. Ce pourrait être la pire catastrophe jamais intervenue en Méditerranée. 20 Minutes fait le point.

Que s’est-il passé ?

Le chalutier naviguait au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche quand il a lancé un appel au secours reçu par les garde-côtes italiens. Ceux-ci ont aussitôt demandé à un cargo portugais de se dérouter.

A son arrivée sur les lieux, à environ 120 milles (220 km) au sud de l'île italienne de Lampedusa, l'équipage du cargo a vu le chalutier chavirer avec à son bord plus de 700 personnes, selon le récit de survivants. C'est probablement quand les centaines de migrants à bord se sont précipitées tous du même côté à l'arrivée du cargo que le drame est survenu, selon les garde-côtes italiens.

Si ces chiffres étaient confirmés, il s'agirait de la «pire hécatombe jamais vue en Méditerranée», a déclaré Carlotta Sami, porte-parole du Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR).

Combien y a-t-il de survivants ?

28 personnes ont pu être récupérées vivantes par le navire marchand portugais. Les sauveteurs «essaient de trouver [d’autres] survivants au milieu des cadavres flottant à la surface de la mer», a affirmé dimanche le Premier ministre maltais, Joseph Muscat.

Quelque 24 cadavres ont été récupérés, selon les garde-côtes italiens. Ceux-ci ne confirment pas le chiffre de 700 personnes à bord, mais précisent dans un communiqué que ce chalutier de 20 mètres de long «est en capacité de transporter plusieurs centaines de personnes».

Une importante opération de secours, coordonnée par les gardes-côtes italiens, a été mise en place avec le concours notamment de quelque 17 navires des marines italienne et maltaise.

Le trafic de migrants, un marché macabre en plein essor

Que fait l’Union européenne ?

L'Union européenne, qui s'est dite «profondément affectée», a annoncé la tenue prochaine d'une réunion des ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères pour prendre des mesures. «Une grande partie de notre approche est de travailler avec les pays tiers. Une réunion conjointe des ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères va être organisée dans ce but», a déclaré la Commission européenne.

L'UE organise une réunion d'urgence, Hollande veut plus de «surveillance»

Plusieurs organisations internationales et humanitaires ont dénoncé ces derniers jours l'incurie des autorités européennes. «Il faut une opération Mare nostrum européenne», a ainsi réclamé la porte-parole du HCR. L'opération italienne Mare nostrum de sauvetage des migrants a été remplacée cette année par Triton, une opération de surveillance des frontières beaucoup plus modeste.

Le pape François a appelé ce dimanche la communauté internationale à «agir avec décision et rapidité» face à la multiplication des tragédies en Méditerranée.

Bateaux de migrants: Que peut faire l’Europe pour éviter les drames?

Combien de migrants sont morts en tentant de fuir vers l'Europe ?

A la faveur du chaos en Libye et du beau temps qui s'est installé sur cette partie de la Méditerranée, le flux de migrants qui s'embarquent depuis les côtes libyennes ne cesse de grossir. Entre 500 et parfois 1.000 personnes sont chaque jour récupérées par les garde-côtes italiens ou des navires marchands. Plus de 11.000 ont ainsi été récupérés en une seule semaine, selon les garde-côtes.

Au total, plus de 900 migrants ont perdu la vie depuis le début de l'année en effectuant la traversée entre la Libye et l'Italie, sans compter cette nouvelle tragédie, contre moins de 50 l'année dernière à la même époque, quand Mare nostrum était encore en place, ont relevé cette semaine les organisations humanitaires.