Une Palestinienne réagit après un raid israélien qui a fait trois morts le 20 mai 2007
Une Palestinienne réagit après un raid israélien qui a fait trois morts le 20 mai 2007 — REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

Monde

«Etat d'exception» en Israël, qui multiplie les raids

PROCHE-ORIENT – L'Etat hébreu réagit aux tirs de roquette depuis la bande de Gaza…

La riposte la plus meurtrière depuis six mois. L'aviation israélienne a intensifié dimanche ses raids aériens qui ont fait trois morts dans la bande de Gaza, après des tirs de roquettes en direction du sud d’Israël.

«Etat d’exception»


Face à ses tirs, Israël a déclaré «l'état d'exception» dans les villes bordant la bande de Gaza et transféré à l'armée tous les pouvoirs civils, de police notamment, a annoncé le ministère de la Défense. Si le gouvernement et l'Etat major israéliens continuent d'écarter pour l'heure une opération terrestre d'envergure, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a menacé de durcir son offensive.

«Les membres du Hamas payent et continueront de payer un prix personnel très élevé pour les attaques contre Sdérot et les villes voisines», a-t-il dit lors du Conseil des ministres.

«Des dizaines de kamikazes femmes»

Au total, 23 Palestiniens -19 membres du Hamas et quatre civils- ont péri dans une série de 21 raids lancés par l'aviation israélienne depuis mercredi. C’est l’attaque la plus vaste et la plus meurtrière depuis la signature d'une trêve entre Israéliens et Palestiniens fin novembre.

En dépit de cette riposte, les roquettes ont continué de s'abattre contre le sud du territoire israélien. Trois d'entre elles ont chuté dimanche matin dans la ville de Sdérot, endommageant une maison. Le groupe radical Jihad islamique a, lui, prévenu qu'il enverrait «des dizaines de kamikazes femmes» pour combattre l'armée en cas d'opération terrestre.

Cessez-le-feu inter-palestiniens


Sur le front interne palestinien, un cinquième cessez-le-feu conclu samedi entre le Hamas et le Fatah semblait tenir et a permis à la ville de Gaza de reprendre vie, après neuf jours de combats meurtriers entre les combattants islamistes et les forces loyales à Mahmud Abbas.

C'est la première fois, depuis le début des affrontements, qu'un cessez-le-feu connaît un début d'application sur le terrain. Les combats ont fait cinquante morts, pour la plupart des membres des services de sécurité loyaux à M. Abbas et six civils.

«Hamastan»


Amos Gilad, un haut responsable du ministère de la Défense israélien, a assuré que le mouvement islamiste voulait transformer la bande de Gaza en «Hamastan».

«L'objectif principal du Hamas est de battre et d'humilier le Fatah, qui doit procéder à un examen de conscience pour se ressaisir, faute de quoi il perdra le pouvoir», a-t-il prévenu.