Trois soldats allemands tués à Kunduz, recrudescence des combats en Afghanistan

AFGHANISTAN L'attentat a également tué six Afghans...

— 

Six Afghans et trois soldats allemands ont été tués dans un attentat suicide commis sur le marché à thé de la ville de Kunduz (nord de l'Afghanistan), a affirmé à l'AFP le gouverneur local, Mohammad Omar. Les militaires allemands «étaient à pied en train de faire du shopping» lorsque le kamikaze s'est fait exploser, a-t-il expliqué.

La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan avait annoncé un peu plus tôt qu'une explosion s'était produite à proximité de militaires allemands.

Ces décès portent à 60 le nombre de militaires de l'Otan et de la coalition ayant trouvé la mort en Afghanistan et à 21 le nombre de soldats allemands morts dans ce pays depuis 2002. Quelque 3.000 soldats allemands sont déployés dans le nord du pays, une région en grande partie épargnée par les violences qui touchent le sud et l'est du pays.

Cette région du nord compte cependant plusieurs partisans du mouvement islamiste Hezb-i-islami. Son chef Gulbuddine Hekmatyar, recherché pour terrorisme par les Américains, est originaire de Kunduz.

Cet attentat survient alors que l'est du pays connaît une recrudescence des combats, qui ont fait depuis vendredi plusieurs dizaines de morts dans les rangs rebelles, selon des bilans de la coalition et de l'armée afghane invérifiables de source indépendante. Les corps sans vie de 67 talibans ont été découverts après des combats vendredi soir avec l'armée afghane et les forces de la coalition dans l'est de l'Afghanistan, a affirmé samedi un général afghan.

La coalition dirigée par les Etats-Unis a par ailleurs fait état samedi de la mort présumée de «plusieurs dizaines de combattants» dans des combats avant l'aube dans la vallée d'Alasay, à environ 80 km au nord-est de Kaboul, où opéreraient des partisans d’Hekmatyar.

Jeudi, trois attentats à la bombe ont secoué la ville de Kandahar, tuant neuf personnes et blessant le ministre de l'Intérieur Abdoul Karim en visite dans cet ancien bastion des talibans. [PHOTO de UNE].

Les talibans ont revendiqué ces attaques survenues au lendemain de menaces de représailles proférées par le mollah Omar, le chef suprême des talibans, après la mort le 11 mai de l'un de ses principaux commandants, le mollah Dadullah.