Fabius: les discussions sur la vente de Rafale aux Emirats «vont dans le bon sens»

© 2015 AFP

— 

Un Rafale décolle d'un aéroport de l'armée indienne à Bangalore, lors de la journée inaugurale des exhibitions d'Aero India, le 18 février 2015
Un Rafale décolle d'un aéroport de l'armée indienne à Bangalore, lors de la journée inaugurale des exhibitions d'Aero India, le 18 février 2015 — MANJUNATH KIRAN AFP

Les discussions pour la vente d'avions de combat français Rafale aux Emirats arabes unis «vont dans le bon sens», a affirmé jeudi le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, donnant, pour la deuxième fois en une semaine, des indications positives sur ce dossier.

«Il y a des discussions qui ont lieu avec les Emirats, et elles vont dans le bon sens», a déclaré M. Fabius en réponse à une question sur le Rafale, alors qu'il était interrogé par l'Association de la presse anglo-américaine (AAPA).

«Sur les contrats d'armement en général et les contrats Rafale en particulier, il y a eu des succès», a encore relevé le chef de la diplomatie française.

Dimanche soir, alors qu'il venait de rencontrer à Ryad le prince héritier d'Abou Dhabi (Emirats arabes unis), cheikh Mohamed ben Zayed Al-Nahyane, M. Fabius s'était déjà exprimé sur ces négociations au long cours concernant le Rafale.

«Il y a un proverbe en France qui dit +jamais deux sans trois+, je crois beaucoup en ce proverbe», avait-il déclaré à l'AFP.

M. Fabius faisait allusion, en citant ce proverbe, à la vente de 36 Rafale à l'Inde, annoncée vendredi lors d'une visite à Paris du Premier ministre indien Narendra Modi, et à celle de 24 autres de ces avions à l'Egypte, en février.

«J'espère que nous pourrons avoir de bonnes nouvelles, et nous y travaillons», avait encore déclaré M. Fabius, qui achevait une visite officielle en Arabie saoudite, et venait de rencontrer le prince héritier d'Abou Dhabi, de passage à Ryad, sur la base aérienne de la capitale saoudienne.

La France et les Émirats Arabes Unis discutent depuis 2008 d'une vente d'avions de combat Rafale destinés à remplacer les 60 Mirage 2000-9 possédés par l'armée émiratie.