La Jordanie plaide pour la paix au Proche-Orient

©2007 20 minutes

— 

C'est sur fond de rendez-vous manqué que s'est ouvert hier, dans l'antique cité de Pé­tra, en Jordanie, le troisième forum « Petra III : bâtir un monde meilleur ». Cette con­férence de lauréats de prix Nobel, organisée sous l'égide du roi Adballah II de Jor­danie et du Prix Nobel de la paix Elie Wiesel, doit permettre de débattre des défis auxquels font face les jeunes dans la région.

Devant un parterre d'étudiants et de Nobel, le Pre­mier ministre israélien, Ehoud Olmert, a regretté, l'absence de Mahmoud Abbas, même si elle se justifie « pour des raisons objectives ». Le pré­sident palestinien a fort à faire avec les affrontements interpalestiniens qui font rage à Gaza (lire ci-contre). C'est donc aux « 22 dirigeants des pays arabes prêts à faire cette paix avec Israël » que

le Premier ministre israélien s'est adressé, les invitant à « venir en Israël, où que ce soit, et à s'asseoir pour commencer à discuter et présenter leurs idées. »

Un peu plus tôt dans la journée, le souverain jordanien, coorganisateur du forum, tentait de convaincre le dirigeant israélien d'accepter le plan de paix arabe, adopté en 2002 et relancé en mars dernier lors du dernier sommet arabe de Riyad. L'ini­tiative consiste à normaliser les relations en échange

notamment d'un Etat palestinien et d'un règlement « équitable et agréé » de la question des réfugiés. « Nous aimerions qu'Israël affirme son engagement vis-à-vis de cette initiative », a fait savoir Abdallah II, dont le pays a signé la paix avec l'Etat hébreu en 1994. Avant d'avertir son invité Ehoud Olmert  : « Le temps presse. »