Dette: La Grèce honore son paiement d'avril au FMI

ECONOMIE L'ordre de virement des 459 millions d'euros a été donné dès mercredi à la Banque de Grèce, et le paiement sera officiel à l’ouverture du FMI ce jeudi…

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes le 25 mars 2015
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes le 25 mars 2015 — Louisa Gouliamaki AFP

Après plusieurs jours de suspense, la Grèce a honoré jeudi son versement d'avril au Fonds monétaire international (FMI). L'ordre de virement des 459 millions d'euros a été donné dès mercredi à la Banque de Grèce, et le paiement en lui-même, effectué d'est en ouest aux différents pays membres du FMI concernés, devait être officiel à l'ouverture jeudi du FMI à Washington, a expliqué à l'AFP une source au fait de la transaction. Ce dernier assure qu'il est «impossible que la Grèce ne serve pas toute sa dette ce mois-ci».

Cette dette comprend aussi en avril un peu moins de 400 millions d'euros de paiements d'intérêts, et le renouvellement de 2,4 milliards d'euros de bons du Trésor à six et trois mois arrivant à échéance les 14 et 17 avril.

Déjà mercredi et jeudi, l'Agence grecque de la dette (PDMA) a réussi à renouveler un total de 1,4 milliard d'euros de bons à six mois, majoritairement auprès de banques et d'investisseurs grecs. Et une source au ministère des Finances a affirmé à l'AFP qu'il n'y aurait pas de problème à payer les fonctionnaires la semaine prochaine.

Alexis Tsipras lui-même avait contribué largement à entretenir la peur d'un possible défaut de paiement imminent, dans une lettre en forme de cri d'alarme envoyée le 15 mars à la chancelière allemande Angela Merkel. Le ministre des Finances Yanis Varoufakis a dû se rendre en personne à Washington dimanche pour rassurer la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

La Grèce pourra-t-elle payer ses dettes futures?

La Grèce, dont les ressources se sont encore taries depuis l'arrivée au pouvoir fin janvier du gouvernement de gauche radicale Syriza, attend depuis août un versement de 7,2 milliards d'euros. Il s'agit de la dernière tranche d'aide européenne, dans le cadre des plans UE-FMI d'un montant total de 240 milliards d'euros lancés en 2010, en échange de réformes drastiques du pays.

Or en mai, elle doit rembourser 760 millions d'euros au FMI, 320 millions d'euros d'intérêts et renouveler 2,8 milliards d'euros de bons du Trésor. En aura-t-elle la capacité, cette fois? L'incertitude perdure, faute d'accord avec ses créanciers.