Plusieurs centaines de manifestants ont formé samedi une chaîne humaine dans la cour du Louvre à l'appel du Collectif Urgence Darfour et de SOS Darfour, pour "rappeler leurs engagements aux candidats à la présidentielle" en cette 3e journée internationale du Darfour.
Plusieurs centaines de manifestants ont formé samedi une chaîne humaine dans la cour du Louvre à l'appel du Collectif Urgence Darfour et de SOS Darfour, pour "rappeler leurs engagements aux candidats à la présidentielle" en cette 3e journée internationale du Darfour. — Olivier Laban-Mattei AFP

Monde

Les associations «mal à l’aise» sur l’intervention au Darfour

HUMANITAIRE – Urgence Darfour demande une intervention internationale, Médecins du monde…

Feux croisés contre la proposition d’Urgence Darfour d’une intervention armée internationale au Darfour. Pour Médecins sans frontières (MSF), «une intervention internationale au Darfour présente des difficultés autrement plus épineuses qu’au Kosovo, au Timor oriental ou en Sierra Leone, territoires de petites tailles, tenus par des groupes armés bien identifiés, et dont les habitants étaient acquis dans leur écrasante majorité à l’intervention étrangère, expliquait l’association dans une tribune. Il est à craindre que l’invasion de l’ouest soudanais se solde par un bain de sang qui n’épargnera pas les civils.»

Jacky Mamou, président du collectif Urgence Darfour défend sa démarche: «On s’en prend à Urgence Darfour au lieu de s’attaquer au gouvernement génocidaire et à ses milices. Ce n’est pas la démarche habituelle des French doctors.»

«Mal à l’aise»

Après des réactions virulentes de Médecins sans frontières et Action contre la faim contre les positions d’Urgence Darfour, notamment lors d'un grand meeting à la Mutualité le 20 mars, MDM «ne veut pas polémiquer ni faire du Darfour une querelle de personnes». Pour mémoire, le président d'Urgence Darfour, Jacky Mamou, est également ancien président de MDM.

«Nous ne remettons pas en cause la légitimité du sujet, le Darfour mérite l'attention», souligne Pierre Micheletti. «En revanche, la démarche d'Urgence Darfour met le monde humanitaire mal à l'aise tout d'abord sur la lecture réductrice des éléments qui ont abouti à un conflit au Darfour.»

«Liaisons dangereuses»

«MDM ne se reconnaît pas dans la lecture qui ferait du Darfour uniquement un conflit opposant l'islam radical à l'islam modéré, cela nous paraît une lecture simpliste, manichéenne». Cette vision du monde «renvoie MDM à une crainte plus globale», ajoute le président de l'ONG, «on ne veut rien faire qui puisse alimenter la difficulté actuelle à intervenir dans le monde arabo-musulman ni renforcer une opposition entre l'Occident et le monde arabo-musulman».

«Médecins du monde confond, ce n’est pas la position d’Urgence Darfour», assure Jacky Mamou, qui rappelle que la polémique ne doit pas faire oublier l’urgence de la situation.