Les demandes d’asile ont bondi de 45% en 2014 à cause de la crise syrienne

IMMIGRATION Le niveau record atteint lors de la guerre en Bosnie en 1992 est quasiment atteint…

V.V. avec AFP

— 

Sidon (Liban), le 22 mars 2015. Des enfants syriens attendant dans un camp de réfugiés au Liban.
Sidon (Liban), le 22 mars 2015. Des enfants syriens attendant dans un camp de réfugiés au Liban. — MAHMOUD ZAYYAT / AFP

Le regard perdu avec un sac sur l’épaule, errant sur des routes dévastées. Les images des réfugiés syriens ont fait le tour du monde. Sans surprise, l’ONU a donc annoncé, ce jeudi matin, que les demandes d’asile dans les pays dits «riches» avaient bondi de 45% en 2014, portées par les conflits en Irak et en Syrie.

Asile: «La France n’est pas une forteresse assiégée», selon Cazeneuve

Au total, 866.000 demandes d'asile ont été déposées l'an dernier dans 44 pays industrialisés, soit 45% de plus qu'en 2013. Elles atteignent ainsi presque le niveau record enregistré en 1992 au début de la guerre en Bosnie-Herzégovine (avec alors environ 900.000 demandes d'asile).

«La pire crise humanitaire de notre ère»

L'an dernier, 60% des demandeurs d'asile ont été enregistrés dans seulement cinq pays: Allemagne (173.100 demandes), Etats-Unis (121.200), Turquie (87.800), Suède (75.100) et Italie (63.700). Pour des questions méthodologiques, les statistiques turques ne prennent pas en compte les Syriens qui arrivent en Turquie car ils y obtiennent automatiquement un accueil provisoire dit «de groupe».

Lire: Notre reportage dans un camp de réfugiés syriens

En 2014, les Syriens sont restés les demandeurs d'asile les plus nombreux, avec plus de 149.600 demandes (+166%). Et la tendance ne devrait pas s'inverser, souligne le HCR. La situation en Syrie et en Irak a donné lieu à «la pire crise humanitaire de notre ère», a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Melissa Fleming, en conférence de presse.