Euthanasie : des personnes âgées prennent les devants

— 

La Journée de solidarité a été instaurée en 2004 pour financer une meilleure prise en charge des personnes dépendantes, un objectif que poursuit aussi le plan "solidarité grand âge", mais en sollicitant cette fois l'assurance-maladie.
La Journée de solidarité a été instaurée en 2004 pour financer une meilleure prise en charge des personnes dépendantes, un objectif que poursuit aussi le plan "solidarité grand âge", mais en sollicitant cette fois l'assurance-maladie. — Mychèle Daniau AFP/Archives

On n’est jamais mieux servi que par soi-même… Des associations australiennes de personnes âgées, favorables à l'euthanasie, ont créé des laboratoires de fortune pour fabriquer illégalement un puissant barbiturique qui peut être utilisé pour se donner la mort, a révélé la presse locale lundi.

Quatre laboratoires en projet

Une association a déjà réussi à fabriquer le barbiturique, le nembutal, a rapporté lundi soir la télévision ABC. Au moins quatre autres laboratoires sont en projet dans des grandes villes de pays. Une centaine d’autres personnes importent illégalement la substance de la ville mexicaine de Tijuana, frontalière des Etats-Unis.

La possession illégale de ce puissant sédatif est passible d'une peine maximale de deux ans de prison en Australie. «C'est scandaleux que nous ayons été contraints de faire cela parce que nous ne pouvons pas obtenir légalement ce médicament, qui nous apporterait une mort sereine quand nous le souhaiterons», a déclaré Bron Norman, l'une des militantes pro-euthanasie.

2.000 dollars par personne

Avec une vingtaine d'autres personnes âgées, elle a mis au point un laboratoire au sud de Sydney, qui a coûté à chacun 2.000 dollars australiens, a indiqué ABC. Au terme de deux années d'essais, ils sont parvenus à produire du nembutal.