Nucléaire iranien: Les Etats-Unis et l'Iran s'accordent sur «90% des questions techniques»

MONDE Mais des divergences demeurent sur une question majeure...

A.B. avec AFP
— 
Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry (g) et le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif avant la reprise du dialogue sur le programme nucléaire iranien, le 16 mars 2015 à Lausanne, Suisse
Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry (g) et le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif avant la reprise du dialogue sur le programme nucléaire iranien, le 16 mars 2015 à Lausanne, Suisse — Brian Snyder POOL

L'Iran et les Etats-Unis ont trouvé un accord sur «90% des questions techniques» dans leurs négociations bilatérales sur le programme nucléaire controversé de Téhéran, a affirmé mardi un responsable iranien présent à Lausanne (Suisse).

Téhéran confiant

«Nous sommes parvenus à un accord sur 90% des questions techniques lors des discussions avec (le secrétaire américain à l'Energie) Ernest Moniz», a affirmé Ali Akbar Salehi, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, cité par le site internet de la télévision d'Etat, ajoutant qu'il restait «des divergences sur une seule question majeure».

«Nous avons des divergences sur une seule question majeure, que nous allons tenter de combler» lors d'une nouvelle réunion prévue mardi soir à laquelle doivent participer le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et son homologue américain John Kerry, a ajouté Ali Akbar Salehi, sans préciser la nature du contentieux.

Les Américains plus sceptiques

Ses déclarations contrastent avec celles, plus mesurées, d'un haut responsable américain selon qui il restait mardi matin « des sujets difficiles » dans les discussions.

Après une première journée de négociations tous azimuts lundi, entre Américains et Iraniens à Lausanne et entre Téhéran et les Européens à Bruxelles, John Kerry et Javad Zarif se sont revus pendant deux heures mardi dans un palace de la ville suisse, accompagnés d'Ernest Moniz et d'Ali Akbar Salehi. Mais depuis lundi soir, les parties expriment plus ou moins clairement leur scepticisme sur les chances de conclure un accord dans les jours qui viennent.

Le président américain Barack Obama estime que les chances d'aboutir à un accord avec Téhéran sur son programme nucléaire controversé sont toujours de 50/50, a affirmé mardi son porte-parole. «Dans l'esprit du président, la probabilité n'a pas changé», a déclaré Josh Earnest, tout en se refusant de rentrer dans le détail des discussions en cours à Lausanne, en Suisse, pour tenter de boucler un accord politique d'ici la fin du mois. «Nous sommes, au mieux, à 50/50», a ajouté Josh Earnest, interrogé sur les propos d'un responsable iranien ayant affirmé que les deux pays avaient trouvé un accord sur «90% des questions techniques».

Pas de bombe atomique

Pour que les discussions aboutissent, «il faudra que les dirigeants iraniens - y compris ceux qui ne sont pas à la table des négociations - signent cet accord», a souligné le porte-parole de Barack Obama. «Et le fait est (...) qu'il est difficile de prédire quelle sera exactement leur conclusion», a-t-il ajouté, jugeant que cela représentait «une inconnue dans les négociations».

«L'Iran va devoir prendre des engagements très spécifiques et très difficiles pour répondre aux inquiétudes de la communauté internationale sur son programme nucléaire, mais aussi accepter un ensemble d'inspections extraordinairement poussées», a-t-il ajouté.

Après douze ans de tensions entre l'Iran et les Occidentaux et 18 mois de pourparlers intenses, la République islamique et les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France, et Allemagne) se sont donné jusqu'au 31 mars pour sceller un règlement politique qui garantirait que l'Iran n'aura jamais la bombe atomique, en échange d'une levée des sanctions.