Cyclone au Vanuatu: La solidarité internationale s'organise

CATASTROPHE L'aide internationale commence à arriver ce dimanche au Vanuatu ...

D.B. avec AFP

— 

Un pont endommagé par le cyclone Pam, près de Port Vila au Vanuatu, le 15 mars 2015
Un pont endommagé par le cyclone Pam, près de Port Vila au Vanuatu, le 15 mars 2015 — UNICEF Pacific UNICEF Pacific

L'aide internationale commençait à arriver dimanche au Vanuatu, dévasté par Pam, un terrible cyclone qui a rasé des villages entiers de l'archipel dans ce qui s'annonce comme l'une des pires catastrophes du Pacifique sud, au bilan humain encore incertain.

Les agences humanitaires décrivent un impressionnant spectacle de dévastation: villages rasés, arbres arrachés, routes coupées. Selon l'ONG Oxfam, jusqu'à 90% des habitations de Port Vila ont été endommagées.«Cela sera vraisemblablement l'une des pires catastrophes jamais vues dans le Pacifique, l'ampleur des besoins humanitaires sera énorme», a souligné le directeur d'Oxfam pour le Vanuatu, Colin Collet van Rooyen.

Le FMI va apporter une aide financière

Face à cette catastrophe, la solidarité s'organise. Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé dimanche qu'il allait aider le Vanuatu. «Nous sommes prêts à assister le Vanuatu avec des mesures rapides et sans bureaucratie pour faire face aux conséquences immédiates de la catastrophe et reconstruire l'économie dans les mois qui viennent», a affirmé la directrice générale du FMI, Christine Lagarde dans un communiqué. Elle a précisé qu'une équipe du Fonds se tenait prête à se rendre rapidement sur l'archipel pour «déterminer les besoins financiers».

De leur côté, les associations humanitaires se sont montrés très actives. La Croix-Rouge française, le Secours populaire français, l'Unicef et Médecins du monde ont lancé dimanche des appels aux dons pour aider les victimes du cyclone Pam. Pour «répondre à l'urgence», il faut «concentrer les efforts sur la mise à l'abri des populations, la distribution de biens de première nécessité et la distribution d'eau potable», dit la Croix-Rouge dans un communiqué, expliquant qu'il faudra aussi envisager «l'important travail de reconstruction».

Le Secours populaire fait aussi appel à la solidarité, alors que «les dégâts sont considérables dans cet archipel aux 80 îles, l'un des pays les plus pauvres du monde». Le Vanuatu «va avoir besoin d'un soutien massif dans les domaines de l'eau et de l'hygiène, notamment en matière de réservoir d'eau, de comprimés de purification de l'eau, savon et installations sanitaires provisoires», écrit de son côté l'Unicef.

Un avion militaire français dépêché pour apporter du matériel

Enfin, la France a dépêché dimanche un avion militaire chargé de matériel de secours et une équipe d'évaluation au Vanuatu pour venir en aide à cet archipel du Pacifique Sud, a annoncé le ministère de la Défense.

L'avion militaire de type Casa, qui a décollé de Nouméa (Nouvelle-Calédonie) «s'est posé à Port Vila avec à son bord trois militaires, un membre de la Sécurité Civile et un membre de la Croix Rouge», a précisé le porte-parole de l'état-major des armées, Gilles Jaron.«Cet avion transportait également un véhicule destiné à permettre les reconnaissances, mais aussi un groupe électrogène et un désalinisateur», a-t-il ajouté.

Des premières initiatives qui seront suivies par bien d'autres cette semaine.