Irak: Tikrit devrait être libérée dans les prochains jours

DAESH Le commandement de l'armée irakienne se veut confiant au sujet de la reprise de la ville aux combattants de Daesh...  

20 Minutes avec AFP

— 

La carcasse d'un véhicule ayant été utilisé pour commettre un attentat suicide à Tikrit
La carcasse d'un véhicule ayant été utilisé pour commettre un attentat suicide à Tikrit — Khalid Mohammed/AP/SIPA

Un début de retournement de situation en Irak? Les forces irakiennes se préparaient samedi à lancer l'assaut contre les derniers jihadistes du groupe Etat islamique retranchés à Tikrit, qui devrait être reprise prochainement..

Le commandement irakien confiant

La bataille de Tikrit pourrait prendre fin «dans 72 heures», le temps nécessaire pour chasser les jihadistes de cette ville à 160 km au nord de Bagdad que l'EI contrôle depuis juin 2014, a affirmé samedi le porte-parole des Unités de mobilisation populaire, Karim al-Nouri. Ce large groupe de milices, composées essentiellement de chiites, joue un rôle clé dans l'offensive lancée il y a deux semaines pour reprendre Tikrit à laquelle participent des milliers d'hommes de l'armée, de la police et de tribus.

Les derniers jihadistes dans la ville, qui ne sont plus que «60 à 70», sont «encerclés de toutes parts», a ajouté M. Nouri qui s'exprimait depuis la périphérie de Tikrit, près du village d'Awja. Selon lui, la libération de Tikrit sera annoncée une fois qu'un passage sécurisé aura été assuré au milieu des milliers d'engins piégés déposés par les jihadistes pour défendre la ville.

Un lieutenant-colonel du service antiterroriste de l'armée a affirmé cependant que «les combats dans les villes sont difficiles pour toutes les armées», se gardant de tout pronostic sur l'heure de la victoire. Des journalistes de l'AFP présents à Awja ont vu que des dizaines de cratères avaient été provoqués dans une rue par l'explosion de bombes placées sous la chaussée. Il n'y avait pas de signes d'intenses combats samedi, après des pilonnages vendredi sur les jihadistes.

Une reprise de Tikrit ouvrirait la voie en direction de Mossoul, la deuxième ville d'Irak et principale place forte des jihadistes.