Etats-Unis: Des drones d'observation et des blindés envoyés à l'Ukraine

CONFLIT Mardi, les Etats-Unis ont accusé la Russie d'imposer le «règne de la terreur» dans les régions séparatistes ukrainiennes...

20 Minutes avec agences

— 

Des habitants de la ville de Debaltseve, dans l'est de l'Ukraine, nettoient leurs rues devant un char immobilisé, le 9 mars 2015
Des habitants de la ville de Debaltseve, dans l'est de l'Ukraine, nettoient leurs rues devant un char immobilisé, le 9 mars 2015 — JOHN MACDOUGALL AFP

Les Etats-Unis viennent d'annoncer leur intention d'envoyer des drones d'observation et des véhicules de transport Humvee à l'Ukraine, pour l'aider à faire face à l'insurrection séparatiste dans l'est du pays. A l'origine de la déclaration, un entretien téléphonique qui s'est tenu, ce mercredi, entre le vice-président américain Jo Biden, et le président ukrainien Petro Porochenko. 

Dans le détail, ce nouvel envoi de matériel militaire, qui viendra compléter le contingent déjà livré (radars anti-mortier, lunettes de vision nocturne, etc.) se compose de drones non armés Raven, ainsi que de 230 véhicules de transport Humvee, parmi lesquels 30 blindés. Le calendrier de ces envois n'a, lui, pas été précisé, mais selon un responsable américain de la Défense, les 30 Humvees blindés seront expédiés «dans les prochaines semaines». La Maison Blanche n'a, en revanche, pas encore pris de décision quant à l'envoi d'armes létales au régime de Kiev, comme les missiles anti-blindés réclamés par l'Ukraine. 

L'Allemagne et la France opposées à l'envoi de tels équipements 

Plusieurs hauts responsables américains de la Défense se sont prononcés en faveur de tels envois, mais des alliés des Etats-Unis au sein de l'Otan, comme l'Allemagne et la France, s'opposent à l'envoi de tels équipements, redoutant une escalade du conflit. 

Cette annonce intervient alors qu'Américains et Européens dénoncent la politique de Moscou. Mardi encore, les Etats-Unis ont accusé la Russie d'imposer le «règne de la terreur» dans les régions séparatistes ukrainiennes. Moscou dément, de son côté, toute implication dans ce conflit qui a déjà fait plus de 5.600 morts depuis près d'un an.