Un plan pour sortir l'Irak du chaos

©2007 20 minutes

— 

Réunie à Charm el-Cheikh (Egypte), la communauté internationale a adopté hier à l'unanimité le Contrat international d'objectifs pour l'Irak (ICI), un plan quinquennal visant à sortir le pays de la banqueroute. Autre engagement pris hier, une réduction de la dette de près de 30 milliards de dollars, selon le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Mais cela permettra-t-il de sortir le pays du chaos ?

Lors de son discours d'ouverture, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a appelé les participants à le soutenir pour faire face « au danger du terrorisme ». Sur la même ligne, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a prévenu les pays de la région, notamment la Syrie, l'Iran et l'Arabie saoudite, trop peu enclins au goût des Etats-Unis à s'impliquer positivement dans ce conflit, qu'ils auraient « tout à perdre » s'ils n'usaient pas de leur influence pour stabiliser leur voisin. Preuve peut-être d'un retour au pragmatisme, Rice a rencontré hier son homologue syrien, Walid Mouallem, boycotté depuis l'assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005. Charm el-Cheikh bruissait aussi hier d'une rencontre similaire avec Manouchehr Mottaki, ministre des Affaires étrangères iranien. Une première depuis vingt-sept ans. Mais ces deux ouvertures suffiront-elles à empêcher que la Syrie et l'Iran se servent de l'Irak pour asseoir leurs revendications ? C'est peu probable, pense François Géré, de l'Institut français d'analyse stratégique, si ces deux pays n'obtiennent pas de sérieuses contreparties.

Sur www.20minutes.fr

Témoignage de Mohammed Yahya, fixeur irakien

chef Les autorités irakiennes ont annoncé hier la mort d'Abou Omar al-Baghdadi, le chef de groupes sunnites liés à Al-Qaida. Si sa mort est confirmée, il s'agirait du décès du plus influent extrémiste après celui d'Al-Zarqaoui, l'ex-chef d'Al-Qaida en Irak.