Birmanie: Plus de 120 étudiants interpellés lors d'une manifestation

MONDE Ils contestent une réforme de l'éducation qu'ils jugent non-démocratique...

20 Minutes avec AFP

— 

Des étudiants manifestent à Letpadan en Birmanie, le 10 mars 2015.
Des étudiants manifestent à Letpadan en Birmanie, le 10 mars 2015. — Gemunu Amarasinghe/AP/SIPA

La police birmane a interpellé mardi 127 manifestants lors d'une marche étudiante contestant une réforme de l'éducation qu'ils jugent non-démocratique. Ils l'ont été au moment où ils ont voulu forcer le barrage de police les empêchant de marcher sur Rangoun. «Certains ont été blessés pendant la répression et ont été emmenés à l'hôpital», a ajouté ce responsable policier, sans préciser où les manifestants avaient été emmenés. L'Union européenne a «regretté profondément» cette répression, que les Etats-Unis ont «condamnée».

Des journalistes de l'AFP sur place ont vu la police réprimer la manifestation à coups de matraque et procéder à de nombreuses interpellations. «La police nous a battus», a déclaré par téléphone un des manifestants ayant trouvé refuge dans le monastère, précisant que plusieurs manifestants avaient été blessés. «Nous ne pouvons pas accepter ce genre de répression», a-t-il ajouté. Les policiers antiémeute sont allés jusqu'à entrer dans un monastère bouddhiste non loin, où une partie des manifestants avait trouvé refuge, à Letpadan, dans le centre du pays.

Crainte d'un rétropédalage des autorités à quelques mois de législatives

Quelque 150 protestataires, qui contestent une réforme de l'éducation, étaient bloqués à Lepadan par la police depuis une semaine. Mardi soir, le site de la manifestation avait été vidé de ses manifestants, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Ces étudiants qui marchent sur Rangoun depuis plusieurs semaines ont été bloqués par la police à environ 130 kilomètres de la principale ville du pays. Ils jugent la réforme de l'éducation antidémocratique et réclament des changements, dont la décentralisation du système éducatif, la possibilité de créer des syndicats et un enseignement dans les langues des nombreuses minorités ethniques du pays.

La tension est montée d'un cran mardi matin lorsque les protestataires ont tenté de briser le cordon de police qui les encercle depuis plus d'une semaine autour d'un monastère de la ville de Letpadan. Ces derniers estiment que les autorités n'ont pas respecté un accord conclu entre les deux parties, qui devait permettre la poursuite de la marche.

Il y a quelques jours la police avait déjà violemment réprimé dans le centre de Rangoun une manifestation de soutien aux étudiants. Une répression que les autorités avaient ensuite justifiée, estimant que les protestataires avaient «répliqué». Le militantisme étudiant est une importante force politique en Birmanie et les jeunes ont été à la tête de plusieurs soulèvements à l'époque de la junte, dont celui de 1988.

Le pays est sorti en 2011 de décennies de régime militaire autoritaire et a depuis lancé de nombreuses réformes mais les observateurs craignent un rétropédalage des autorités à quelques mois de législatives auxquelles le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi est donné favori.