Mali: Deux enfants et un Casque bleu tchadien tués dans la ville de Kidal

VIOLENCES Des tirs de roquette ont visé dimanche le camp de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Kidal...

20 Minutes avec AFP

— 

Samedi 7 marsn des soldats maliens recherchent des indices sur le lieux de l'attentat qui a fait cinq morts vendredi 5 mars.
Samedi 7 marsn des soldats maliens recherchent des indices sur le lieux de l'attentat qui a fait cinq morts vendredi 5 mars. — AFP

Deux enfants et un Casque bleu tchadien ont été tués dimanche par des tirs de roquettes à Kidal, dans le nord-est du Mali, au lendemain d'un attentat meurtrier à Bamako, le premier à frapper des Occidentaux dans la capitale.

Trois tués et une douzaine de blessés

Contrairement à l'attaque de Bamako, revendiquée par Al-Mourabitoune, le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, les auteurs des tirs de roquettes contre un camp de l'ONU à Kidal, fréquents dans ce bastion de la rébellion, ne se sont pas fait connaître dans l'immédiat.

La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a déploré un soldat mort et huit blessés dans ses rangs, ainsi que deux enfants tués et trois adultes blessés parmi la population civile à l'extérieur du camp. Une source au sein de la Minusma a indiqué que le soldat tué était tchadien. Selon une source sécuritaire de la Minusma, les civils touchés, appartenant à la tribu arabe des Kountas, se trouvaient dans un campement situé à environ trois kilomètres de la base de l'ONU.