Attentats de Boston: Des vidéos inédites ont été diffusées pendant le procès

ETATS-UNIS Le procès de Djokhar Tsarnaev s'est ouvert mercredi...

C.B. avec AFP

— 

Tsarnaev lors de son procès.
Tsarnaev lors de son procès. — DR

Djokhar Tsarnaev, 21 ans, sera-t-il condamné à mort? C’est toute la question de son procès, qui s’est ouvert mercredi.  

Pendant cette première journée, des vidéos des explosions ont été diffusées. «Parmi elles, des images étaient inédites. C'est le cas de l'enregistrement d'une caméra de surveillance d'une boutique à proximité du parcours. On y voit le gérant et les clients déambuler dans le magasin lorsque la déflagration survient. Des vitres se brisent, les murs s'effritent. Des personnes rentrent dans la boutique effrayées avant d'aider des blessés», raconte RTL.

Des victimes ont également témoigné. Comme Karen McWatters, amputée d'une jambe. Elle était l’amie de Krystle Campbell, 29 ans, l’une des trois personnes tuées près de la ligne d'arrivée du marathon. «Je pouvais voir l'avant de ma jambe, mon pied de travers, j'ai essayé de m'asseoir et de m'approcher de Krystle... Mais il y avait plein de choses par terre qui me brûlaient», a-t-elle raconté.

«Je ne l'ai jamais revue vivante»

Avant de poursuivre: «Je souffrais horriblement, je me suis rapprochée, nous avons essayé de rapprocher nos visages (...) Je n'ai jamais vraiment regardé ses blessures. Elle m'a dit très lentement que ses jambes lui faisaient mal. Nous nous tenions la main, jusqu'à ce que sa main devienne molle. Elle n'a plus rien dit après, et je ne l'ai jamais revue vivante».

Dans la matinée, le procureur William Weinreb avait durant 50 minutes ravivé les souvenirs douloureux du carnage qui avait fait 3 morts et 264 blessés quand deux bombes artisanales déposées par les frères Tsarnaev près de la ligne d'arrivée du marathon avaient explosé à quelques secondes d'intervalle.

La défense de l'accusé Djokhar Tsarnaev n’a pas nié la responsabilité de ce dernier dans l’attentat, mais elle a insisté sur l'influence majeure de son frère aîné pour lui éviter la peine de mort.