Inde: Le violeur d’une jeune femme rejette la faute sur sa victime

MONDE Il estime que les femmes qui sortent le soir ne peuvent s’en prendre qu’à elles-mêmes…

A.Ch.

— 

Le nombre de plaintes pour viol a augmenté d'un tiers à New Delhi en 2014.
Le nombre de plaintes pour viol a augmenté d'un tiers à New Delhi en 2014. — CHANDAN KHANNA / AFP

«Une fille est bien plus responsable d’un viol qu’un homme». Pour Mukesh Singh, un des hommes qui a agressé la jeune Jyoti en décembre 2012 dans un bus de New Delhi alors qu’elle revenait du cinéma, ce sont les femmes qui sont responsables des viols qu’elles subissent. Interrogé par la BBC pour un documentaire sur le fléau du viol en Inde, qui sera diffusé ce dimanche sur la chaîne britannique à l’occasion de la Journée de la femme, l’homme emprisonné pour avoir violé et battu à mort la jeune femme ne semble à aucun moment considérer ses actes comme un crime.

«Quand on se fait violer, on ne se défend pas»

Dans le documentaire de la BBC, Mukesh Singh explique ainsi que Jyoti et le garçon qui l’accompagnait n’auraient pas dû se défendre lorsque le gang de six hommes s’en est pris à la jeune femme. D’après lui, ils ne l’auraient pas battu aussi durement si elle n’avait pas cherché à riposter. Pour Mukesh Singh, la mort de la jeune femme n’est qu’un «accident»: «Quand on se fait violer, on ne se défend pas. Elle aurait dû se taire et permettre le viol. Alors ils l’auraient lâchée après se l’être faite et n’auraient frappé que le garçon.»

Incriminé dans l’attaque par des traces d’ADN, Mukesh Singh conduisait le bus dans lequel s’est produit le viol. «Une fille décente ne se balade pas à 9h du soir, ajoute-t-il. Une fille est bien plus responsable d’un viol qu’un homme. Garçons et filles ne sont pas égaux. Le ménage et la tenue de la maison c’est pour les filles, pas trainer en boîte et dans les bars la nuit et faire des mauvaises choses, en portant des vêtements inadaptés. Il n’y a que 20% de filles bien.» Condamné à mort, Mukesh Singh estime que la peine de mort pour les violeurs ne fera qu’aggraver les choses. «Avant, les violeurs se disaient "Laissez la, elle ne dira rien à personne". Maintenant, quand ils vont violer, ils vont juste tuer la fille.»