Solar Impulse 2 va débuter son tour du monde

SCIENCES L'avion effectue des vols d'essai à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo fournie par le projet Solar Impulse montrant l'appareil Solar Impulse 2 survolant Abou Dhabi, le 2 mars 2015
Photo fournie par le projet Solar Impulse montrant l'appareil Solar Impulse 2 survolant Abou Dhabi, le 2 mars 2015 — - Solar Impulse

L'avion Solar Impulse 2 à énergie entièrement solaire a effectué lundi à l'aube un nouveau vol d'essai depuis Abou Dhabi, avant le tour du monde qu'il doit entamer samedi si la météo le permet, ont indiqué les responsables du projet. L'appareil révolutionnaire a décollé à 6h30 (3h30 heure française), juste avant le lever du soleil, du petit aéroport d'Al Bateen avant d'y revenir une heure plus tard sans encombre, ont précisé ces responsables.

Il s'agissait du troisième vol d'essai de Solar Impulse 2 depuis Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, mais le premier de Bertrand Piccard, l'un des pères du projet, depuis cette ville du Golfe. Solar Impulse 2 est tapissé de plus de 17.000 cellules solaires qui, via des batteries au lithium, fournissent de l'énergie à quatre moteurs électriques à hélice. L'avion a une envergure impressionnante de 72 mètres et pèse moins de 2,5 tonnes.

Parcourir 35.000 kilomètres

En réalisant un tour du monde, les co-fondateurs suisses du projet, Bertrand Piccard et André Borschberg, veulent démontrer que les technologies propres et les énergies renouvelables permettent d'accomplir des choses considérées jusqu'ici comme «impossibles». Si la météo le permet, l'appareil décollera samedi d'Abou Dhabi pour effectuer un tour du monde en 12 étapes, passant par l'Inde, la Chine et New York et survolant deux océans sans avoir consommé une goutte d'essence.

L'avion parcourera 35.000 kilomètres à une vitesse relativement modeste (entre 50 et 100 km/h) et cette circonvolution, à 8.500 mètres d'altitude au maximum, prendra cinq mois, dont 25 jours de vol effectif, avant un retour à Abou Dhabi fin juillet/début août. »Si tout se passe bien, nous partirons le week-end prochain», a déclaré Piccard. «Nous serons dans les airs pour parcourir 35.000 kilomètres vers l'est jusqu'à ce que nous revenions ici», a-t-il dit.

«D'un point de vue opérationnel», a expliqué Borschberg, le Moyen-Orient est «le meilleur endroit pour démarrer car il nous donne la possibilité de survoler l'Inde et la Chine très tôt dans la saison et de revenir en été avec une météo relativement bonne». La décision n'a pas encore été prise sur le point de savoir qui, entre Piccard et Borschberg, volera le premier car il n'y a qu'une place dans le cockpit.

130 personnes participeront à l'aventure

Au total, a dit Piccard, 130 personnes participeront à l'aventure: «65 voyageront avec nous autour du monde (dans le cadre de l'appui logistique à Solar Impulse 2) et 65 autres seront à Monaco, au centre de contrôle de la mission, les météorologues, les contrôleurs aériens et les ingénieurs qui simuleront les trajectoires, prépareront les vols et aideront le pilote une fois qu'il sera en vol». »Physiquement, nous sommes prêts, André se prépare avec du yoga (et de) l'auto-hypnose», a précisé Piccard.

Evoquant le tour du monde, il a souligné que «personne ne l'a fait auparavant. C'est une première historique, un très, très grand défi». Solar Impulse 2 est le successeur du premier prototype Solar Impulse 1 qui a permis aux concepteurs du projet de faire plusieurs vols de longue durée en Europe, au Maroc et de traverser les Etats-Unis en 2013 avec plusieurs escales, faisant d'eux les premiers à accomplir un tel exploit. Le projet est né il y a 12 ans.