Pour un ancien agent double d'Al-Qaida, les musulmans doivent lutter contre l'extrémisme

TERRORISME Morten Storm, Danois de 39 ans a servi dans le camp des extrémistes musulmans comme celui des services occidentaux. Il raconte son histoire dans «Agent au coeur d'Al-Qaida»…

20 Minutes avec AFP

— 

Morten Storm, Danois de 39 ans, est un ancien djihadiste d'Al-Qaïda et un ex-agent double pour la CIA
Morten Storm, Danois de 39 ans, est un ancien djihadiste d'Al-Qaïda et un ex-agent double pour la CIA — Johnny Frederiksen/AP/SIPA

Les musulmans doivent se mobiliser davantage dans la lutte contre l'extrémisme en leur sein, estime un ancien djihadiste d'Al-Qaida, ex-agent double pour la CIA, pour qui il est quasi impossible de contrer des attaques de «loups solitaires».

En matière de conflit entre les extrémistes musulmans et les services occidentaux, Morten Storm est un expert, et pour cause: il a servi les deux camps. Petit truand converti à l'islam dans les années 1990, ce Danois de 39 ans s'est enrôlé dans les réseaux djihadistes avant de perdre la foi et de se retourner contre ses anciens coreligionnaires.

«Nous avons un problème avec cette religion»

Il raconte cette expérience hors norme dans un livre, «Agent au coeur d'Al-Qaida» (Editions Cherche Midi), dont il présentait la version en français cette semaine à Paris. «Les gouvernements (européens) vivent dans le déni. Comme un alcoolique qui refuse de voir qu'il a un problème de boisson. Nous avons un problème avec cette religion et nous devons y faire face avec honnêteté», souligne Morten Storm lors d'un entretien avec l'AFP.

Pour lui, les déclarations des gouvernements occidentaux affirmant que les attaques djihadistes de Paris et Copenhague n'ont rien à voir avec l'Islam rendent dérisoires les efforts de ceux qui militent pour une version plus modérée de la religion musulmane.

«Il est difficile de prévenir les attaques de loups solitaires»

«Le silence de la majorité des musulmans, qui ne font rien face à l'Etat islamiste, pourrait mener à une guerre à travers tout le Moyen-Orient», juge Morten Storm, en évoquant ce groupe djihadiste installé en Syrie et en Irak. Ses années de dissimulation lui font également souligner la difficulté d'identifier des individus radicalisés qui agissent en «loups solitaires».

«Il est difficile de prévenir les attaques de loups solitaires. Vous devez comprendre ce qu'il se passe dans la tête d'une personne qui se métamorphose du jour au lendemain: d'un fidèle qui va à la mosquée tous les jours à celui qui poignarde ou tente de renverser quelqu'un en voiture - il est très difficile si ce n'est impossible pour les services secrets de contrer cela».

Reconverti en espion de la CIA et du MI6

La décision de Morten Storm de se détourner du djihadisme a été provoquée par son incapacité à rejoindre les islamistes Shebab en Somalie, qui l'a fait douter de la volonté divine. «C'était comme avoir été sélectionné pour la Coupe du monde de football et être écarté à la dernière minute», dit-il, racontant que sa déception l'a conduit à mettre en question son credo djihadiste.

Après des mois d'introspection, il finit par renoncer à l'islam et devient un espion, aidant la CIA américaine, le MI6 britannique et les services secrets danois à localiser et tuer de hauts responsables djihadistes.

Il affirme que ses efforts ont notamment permis l'élimination de Anwar al-Aulaqi, un imam américano-yéménite devenu l'un des principaux meneurs d'Al-Qaïda au Yémen, tué par un drone américain en septembre 2011.

Deux journalistes de la chaîne de télévision américaine CNN spécialistes du terrorisme, Paul Cruickshank et Tim Lister, ont aidé Morten Storm à écrire son livre et confirmé certains éléments de son histoire. De leur côté, les agences de renseignement se sont refusées à tout commentaire.