Les pédopornographes se tournent vers Skype et les bitcoins pour éviter de se faire prendre

INTERNET L’agence de police européenne Europol a annoncé, ce mardi, les nouvelles pratiques en matière de pédopornographie…

Vincent Vantighem

— 

La pédopornographie prospère sur l'internet en Russie et y reste incontrôlable, un fléau mis en avant par les autorités pour justifier la récente adoption d'une loi introduisant des "listes noires" de sites se livrant à des activités interdites.
La pédopornographie prospère sur l'internet en Russie et y reste incontrôlable, un fléau mis en avant par les autorités pour justifier la récente adoption d'une loi introduisant des "listes noires" de sites se livrant à des activités interdites. — Jussi Nukari afp.com

«C’est une réalité établie», déplore Europol. Les criminels diffusant des abus sexuels d’enfants en direct sur internet utilisent de plus en plus les plateformes traditionnelles telles que Skype, rendant leur traque plus difficile, a mis en garde l’agence de police européenne.

>> Paris se laisse-t-elle gagner par les bitcoins?

Toujours pour éviter de se faire arrêter, les criminels de ce type sont aussi de plus en plus nombreux à demander à se faire payer en bitcoin, la monnaie virtuelle qui peut être utilisée comme système de paiement anonyme.«Le criminels qui exploitent sexuellement les enfants sur internet se servent de plus en plus des développements technologiques et en tirent des bénéfices financiers», soutient Europol dans un rapport sur le sujet.

Des enfants sans-abris utilisés

La diffusion d'abus sexuels d'enfants via des plateformes traditionnelles de diffusion en direct sur internet («livestream») ou des plateformes de communication vidéo telles que Skype est plus difficilement traçable que si elle est effectuée sur un site internet, explique notamment Europol.

>> Quand la femme fatale sur Skype piratait les rebelles syriens

Les criminels «utilisent des enfants sans-abris ou des enfants de leurs propres familles pour qu'ils soient abusés sexuellement en direct face à la caméra, et cela se passe dans l'Union européenne ou des pays émergents», indique le rapport.

La police philippine a récemment démantelé un réseau criminel qui diffusait en direct des abus sexuels d'enfants parfois âgés de six ans, selon le rapport d'Europol. Quinze victimes âgées de 6 à 15 ans ont été libérées et 29 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles des membres du gang et des personnes qui auraient payé pour regarder les abus sexuels.