Automobile: Bugatti a vendu le 450e et dernier exemplaire de sa "Veyron"

ECONOMIE Ce dernier exemplaire sera présenté lors du prochain Salon mondial de l'automobile à Genève...

20 Minutes avec agence

— 

Une Bugatti Veyron finition chrome devant le Berkeley hotel, à Londres, le 5 août 2010.
Une Bugatti Veyron finition chrome devant le Berkeley hotel, à Londres, le 5 août 2010. — Nigel Howard / Rex Feat/REX/SIPA

Bugatti a annoncé que le 450e et ultime exemplaire de sa «Veyron» a trouvé preneur. Le dernier bolide (une Veyron Grand Sport Vitesse baptisée «La Finale») sera présenté, en mars, aux côtés du premier exemplaire lors du prochain Salon de l'Automobile qui se déroulera à Genève.

Bugatti avait annoncé, dès 2001 date du lancement du projet, que sa «Veyron», commercialisée depuis 2005, serait limitée à 450 exemplaires. Présentée par ses concepteurs comme la «super-voiture de sport la plus puissante et la plus rapide au monde», la Bugatti Veyron peut rouler à plus de 400 km/h et atteindre 100 km/h en moins de trois secondes.

Le nom des riches acheteurs est confidentiel

Objet de luxe, chaque modèle de la «Veyron» était produit sur commande, personnalisable à souhait par le futur acquéreur. Dans un communiqué, Wolfgang Dürheimer, président de Bugatti Automobiles S.A.S. a tenu à rendre hommage à ce bolide exceptionnel: «La Veyron reste unique sous bien des aspects, dix ans après son lancement. Outre la certitude de posséder la voiture de sport de série la plus rapide au monde, avec le plus haut niveau d'exclusivité, la clientèle Bugatti apprécie, en acquérant une Veyron, le fait de s'inscrire dans l'histoire d'une marque automobile riche en tradition.»

Le nom des riches acheteurs est confidentiel, mais on sait que le fils du président de Guinée équatoriale, Teodorin Nguema Obiang, en possédait deux: l'une a été cédée aux enchères, en juillet 2013 à Paris, pour plus de 900.000 euros, dans le cadre d'une saisie ordonnée par la justice française. 

Bientôt un nouveau modèle

Plusieurs exemplaires de la Veyron (vendus en moyenne 2,3 millions d'euros pièce), déjà commandés, devraient être assemblés dans les mois à venir dans les ateliers de la marque à Molsheim, en Alsace. L'usine se consacrera dans un deuxième temps à un nouveau modèle, dont les détails n'ont pas encore été dévoilés, a indiqué une porte-parole de l'entreprise.

La marque italienne, rachetée en 1998 par Volkswagen, avait produit 8.000 voitures de luxe entre 1910 et 1939.