Obama appelle à s'inspirer de Lassana Bathily, «héros» de l'Hyper Cacher

ETATS-UNIS Le président américain lui a rendu hommage au dernier jour d'un sommet à Washington consacré à la lutte contre les groupes djihadistes...

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama à Washington DC le 19 février 2015.
Barack Obama à Washington DC le 19 février 2015. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

Des «actes héroïques» qui doivent être source d'inspiration: Barack Obama a rendu un hommage appuyé jeudi à Lassana Bathily, jeune Malien musulman qui a aidé des juifs à se cacher lors de la prise d'otages dans un supermarché casher à Paris en janvier.

«Pourquoi a-t-il fait ça? Parce que "nous sommes frères"»

«Le monde entend beaucoup parler des attaques terroristes contre Charlie Hebdo à Paris, mais le monde doit aussi se souvenir du policier parisien, un musulman, qui est mort en essayant de les arrêter», a déclaré le président américain au dernier jour d'un sommet à Washington consacré à la lutte contre les groupes djihadistes.

«Le monde sait que des juifs ont été attaqués dans un supermarché casher à Paris. Nous devons nous souvenir de l'employé de ce supermarché, un musulman, qui a caché des clients juifs et leur a sauvé la vie», a-t-il poursuivi. «Et quand on lui a demandé pourquoi il avait fait cela, il a répondu: "Nous sommes frères"».

«Important de nous inspirer des actes héroïques de ce modeste employé»

«Nous venons de pays différents, de différentes cultures et de différentes religions, mais il est important de nous inspirer des actes héroïques de ce modeste employé», a encore dit Obama devant les représentants d'une soixantaine de pays rassemblés dans la capitale fédérale américaine.

Lassana Bathily, musulman pratiquant, travaillait au sous-sol du supermarché casher lors de la prise d'otages menée par Amédy Coulibaly le 9 janvier.

Entendant les coups de feu tirés par Coulibaly, le jeune homme avait ouvert la porte de la chambre froide aux otages qui descendaient au sous-sol, et débranché le système de réfrigération. Après avoir emprunté un monte-charge pour s'enfuir, il a aidé la police, qui cernait les lieux, en lui donnant des informations avant qu'elle ne lance assaut final. Il a été naturalisé français en urgence onze jours après la prise d'otage.