Irak: Daesh accusé de trafic d'organes humains

TERRORISME Selon l'ambassadeur d'Irak auprès de l'ONU, des médecins qui refusaient de participer au trafic auraient été exécutés par l'organisation terroriste...

M.C.

— 

Des Syriens passent en voiture devant une usine détruite où a été peint le drapeau de Daesh, à Alep, le 18 novembre 2014.
Des Syriens passent en voiture devant une usine détruite où a été peint le drapeau de Daesh, à Alep, le 18 novembre 2014. — JOSEPH EID / AFP

Daesh utilise-t-il le trafic d’organes comme moyen de financement? Alors que les rumeurs allant dans ce sens sont largement diffusées par des organisations évangéliques et anti-musulmanes, en particulier en Amérique du Nord, le témoignage de l’ambassadeur d’Irak auprès des Nations Unies pourrait étayer cette thèse.

Des cadavres avec des incisions chirurgicales et des reins ou d’autres organes manquants auraient été retrouvés ces dernières semaines dans des charniers, affirme Mohamed Alhakim. «Nous avons des corps. Venez les examiner, a-t-il déclaré. Il est clair qu’il manque des organes.» Selon lui, une douzaine de médecins auraient été exécutés à Mossoul parce qu’ils auraient refusé de participer à ce trafic en prélevant des organes.

Nikolay Mladenov, l’envoyé des Nations Unies en Irak, dit avoir «pris note» du nombre croissant d’informations sur l’utilisation par Daesh du trafic d’organes comme moyen de financement, mais il se borne pour l’instant à déclarer que le groupe terroriste «utilise de plus en plus de techniques». Selon lui, 790 personnes auraient été tuées par Daesh en Irak depuis le début de l’année.