Attentats à Copenhague: Le caricaturiste Lars Vilks se cache dans un lieu tenu secret

MONDE Les habitants de son village en Suède se montrent inquiets...

M.P. avec AFP

— 

Le dessinateur suédois Lars Vilks dans les rues de Stockholm, le 11 mars 2010.
Le dessinateur suédois Lars Vilks dans les rues de Stockholm, le 11 mars 2010. — FRANCOIS CAMPREDON / AFP

Cette fois, ça ne passe plus. L'artiste suédois Lars Vilks, cible présumée d'une des deux fusillades à Copenhague samedi, est parti vivre dans un lieu tenu secret jusqu'à nouvel ordre, a annoncé lundi la police suédoise. Il vit sous protection policière en permanence, menacé d'assassinat, depuis qu'il a représenté le prophète Mahomet avec un corps de chien en 2007.

>> Le portrait de l'artiste suédois par ici

«Son domicile à Höganäs (sud de la Suède) n'est pas un endroit où il est en sécurité. Il doit aller dans un lieu sûr», a déclaré à l'AFP une porte-parole de la police, Ewa-Gun Westford.

«Il ne peut pas rester chez lui»

Samedi, ce caricaturiste âgé de 68 ans était une des têtes d'affiche d'un débat intitulé « Art, blasphème et liberté d'expression » dans un centre culturel de Copenhague quand un jeune homme de 22 ans a ouvert le feu sur l'assistance avec un fusil d'assaut. Il s'en est sorti indemne, mais le réalisateur danois Finn Nørgaard est mort, et trois policiers ont été blessés.

«L'attaque semblait dirigée contre lui. De toute façon, l'évaluation de sa sécurité nous amène à la conclusion qu'il ne peut pas rester chez lui», a estimé Ewa-Gun Westford à propos de Lars Vilks. Des habitants de la petite ville du Sud de la Suède, où il vivait jusqu'ici en affirmant ne pas craindre pour sa vie, ont fait part de leur inquiétude, ont rapporté des élus locaux.

Déjà plusieurs attentats déjoués contre lui

Lars Vilks, habitué aux projets d'assassinats dirigés contre lui, a accueilli cette nouvelle attaque avec philosophie. «Ça a été un événement tragique mais je ne suis pas personnellement affecté. C'est devenu la routine...», a-t-il déclaré à la radio publique SR.

Son domicile a notamment déjà été incendié en son absence après des jets de coktails molotovs en 2010. Puis en juin de la même année, il avait pris un coup de tête lors d'un débat à l'université suédoise d'Uppsala qui tourne au pugilat. En septembre 2011, des centaines de personnes sont évacuées d'un bâtiment de Göteborg, en Suède où est inaugurée la Biennale d'art contemporain: la police a de fortes raisons de croire que Lars Vilks va être attaqué et arrête quatre personnes. Le dessinateur avait cependant renoncé à venir à l'événement.