VIDEO. Attaques à Copenhague: Qui est Omar El-Hussein, le tireur présumé?

TERRORISME Selon les médias danois, le principal suspect de la tuerie est un Danois de 22 ans qui vient de sortir de détention...

J.P-L

— 

Photo non datée fournie par la police danoise en 2013 de l'auteur présumé des deux fusillades à Copenhague
Photo non datée fournie par la police danoise en 2013 de l'auteur présumé des deux fusillades à Copenhague — police danoise

A-t-il voulu imiter à Copenhague les attaques des frères Kouachi et Amédy Coulibaly à Paris? Moins de 48 heures après la double fusillade qui a fait deux morts et cinq blessés samedi au Danemark, des éléments de la personnalité du principal suspect commencent à filtrer. Selon plusieurs médias danois, dont Ekstra Bladet, il s'appelle Omar Abdel Hamid El-Hussein. Il a 22 ans et est Danois.

Le nom n'a pas été confirmé par la police danoise mais celle-ci a en revanche précisé qu'il était connu de ses services pour plusieurs délits dont des infractions à la législation sur les armes et des violences. Plusieurs médias danois rapportent qu'il est sorti de prison il y a à peine deux semaines. Omar El-Hussein aurait purgé une peine pour avoir poignardé en novembre 2013 un homme de 19 ans dans un train de banlieue.

Le jeune homme était également connu des services de renseignements qui ont indiqué travailler «sur l'hypothèse selon laquelle la personne en question a pu être inspirée par les événements qui se sont déroulés à Charlie Hebdo à Paris». Selon le quotidien Berlingsk, il a émis des velleités de départ pour la Syrie en détention et a été fiché par le renseignement pénitentiaire.

«Gentil mais parfois agressif»

Une de ses camarades de lycée, qui l'a reconnu grâce aux photos publiées dans les médias danois, se souvient d'un garçon qui avait «de bonnes notes à l'école, avait des amis et était bon camarade». «Il avait parfois un comportement assez agressif mais sinon il était gentil et très intelligent», raconte-t-elle auprès de l'AFP. Trois jours après son arrestation pour agression en 2013, Omar El-Hussein lui aurait porté secours après qu'elle a été renversée par une voiture. «Je n'aurais jamais cru que le terroriste serait un camarade de promotion. Que ce serait ce garçon qui m'a aidée, le jour où j'ai été renversée devant l'école.»

Selon le quotidien Politiken, les parents d'Omar El-Hussein sont d'origine palestinienne. Ils auraient rejoint le Danemark par un camp de réfugiés en Jordanie. Une histoire douloureuse qui semble avoir eu un impact sur ses opinions politiques. «Il adorait discuter de l’islam, et spécialement le conflit entre Israël et la Palestine. Il n'avait pas peur de dire qu'il détestait les juifs», décrit un de ses anciens camarades dans le journal Ekstra Bladet.

Membre de gangs radicalisés

Plusieurs médias locaux prêtent au suspect des liens avec des gangs violents et radicalisés dénommés La Raza et Brothas. Deux groupuscules auparavant en conflit et qui, depuis 2012, ont conclu un accord de paix grâce à une organisation musulmane, rapporte Le Monde. Omar El-Hussein aurait rejoint ces gangs après avoir échoué à entrer à l'université et en parallèle de ses activités de kick-boxer. Une autre de ses connaissances a précisé auprès du Politiken que c'est sa consommation de cannabis qui l'a entraîné vers ce milieu.

Reste que pour l'heure, on ignore quelle a été l'origine réelle de sa radicalisation. Mais pour le chef du Renseignement danois, Jens Madsen, il pourrait avoir été «influencé par les événements de Paris». «Il peut avoir été inspiré par la propagande militante islamiste diffusée par l'État islamique (EI) ou d'autres organisations terroristes», a-t-il déclaré. Selon l'AFP, il n'est apparemment jamais allé en Syrie ou en Irak.

"Les voyages à l'étranger ne sont pas une condition nécessaire pour devenir dangereux. On peut très bien être radicalisé tranquillement chez soi. Comme Breivik l'a été", estime un chercheur spécialiste du terrorisme du King's College de Londres, Hans Brun, cité par l'agence de presse.