21 chrétiens exécutés: L'Egypte riposte en bombardant Daesh en Libye

MONDE Le président Abdel Fattah al-Sissi avait juré de punir les «assassins» de la manière «adéquate»...

20 Minutes avec AFP

— 

L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), lié à Al-Qaïda, a tendu la main aux rebelles syriens, ses anciens alliés, leur demandant dimanche de mettre fin aux affrontements qui opposent désormais leurs combattants sur le terrain en Syrie.
L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), lié à Al-Qaïda, a tendu la main aux rebelles syriens, ses anciens alliés, leur demandant dimanche de mettre fin aux affrontements qui opposent désormais leurs combattants sur le terrain en Syrie. — Hervé Bar AFP

Des avions de combat égyptiens ont bombardé ce lundi des positions de l'organisation de l'Etat islamique (EI) en Libye, quelques heures après que cette organisation y eut revendiqué la décapitation de 21 chrétiens égyptiens dans une vidéo, a annoncé l'armée au Caire. Le président Abdel Fattah al-Sissi avait convoqué d'urgence dimanche soir le Conseil national de défense et juré de punir les «assassins» de la manière «adéquate».

«Nos forces armées ont mené lundi des frappes aériennes ciblées contre des camps et des lieux de rassemblement ou des dépôts d'armes de Daesh en Libye», (l'acronyme en arabe de l'EI), lit-on dans un communiqué de l'armée. Les télévisions montraient le décollage d'avions de combat en pleine nuit, assurant qu'ils partaient pour la Libye voisine.

Méthodes de Daesh exportées en Libye

Avec ces exécutions revendiquées dimanche soir par sa branche libyenne, l'organisation djihadiste démontre qu'elle a exporté ses méthodes d'extrême brutalité en dehors des régions qu'elle contrôle en Syrie et en Irak où elle multiplie les atrocités.

Le Caire a annoncé un deuil national de sept jours et les Egyptiens attendaient lundi matin avec impatience une annonce après la réunion toute la nuit en urgence du Conseil national de défense.

Le groupe EI a diffusé dimanche une vidéo montrant la décapitation d'hommes qu'il présente comme des Egyptiens de confession chrétienne copte récemment kidnappés en Libye. Le pays est plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, les autorités ne parvenant pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi face à une armée et une police régulières divisées et affaiblies.

La situation s'est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles et une escalade de violences dans l'est comme dans l'ouest du pays. Et depuis quelques semaines, la Libye est le théâtre d'une série d'attaques revendiquées ou attribuées à l'EI, comme celle perpétrée le 27 janvier contre l'hôtel Corinthia au coeur de la capitale libyenne, qui s'est soldée par la mort de neuf personnes dont cinq étrangers et a été revendiquée par le groupe jihadiste.