VIDEO. Deux fusillades à Copenhague: Ce que l'on sait

TERRORISME Deux attaques séparées ont fait deux morts...

M.B.

— 

Des impacts de balle à l'extérieur d'un bâtiment de Copenhague qui accueillait un débat sur l'islamisme
Des impacts de balle à l'extérieur d'un bâtiment de Copenhague qui accueillait un débat sur l'islamisme — MATHIAS OEGENDAL / SCANPIX DENMARK / AFP

Pour l'instant, la police n'a pas établi de lien formel entre les deux attaques qui ont endeuillé la capitale danoise. Deux fusillades ont eu lieu samedi à Copenhague, qui ont fait en tout deux morts et cinq blessés.

Google Maps/20 Minutes

Dans l'après-midi, un homme a criblé de balles un centre culturel qui abritait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression, tuant une personne et en blessant trois autres. Puis dans la nuit, des coups de feu ont été tirés près de la synagogue de la ville, faisant trois blessés, dont deux policiers. Un civil est décédé par la suite, selon la police danoise. Peu d'informations ont filtré sur cette deuxième attaque.

>> Revivez le fil des événements de la journée de samedi ...

Que s’est-il passé au centre culturel?

A 15h30, heure de Paris, un homme, armé d'un pistolet-mitrailleur, a tiré des dizaines de balles contre le centre culturel Krudttønden, situé dans un quartier aisé du nord de la capitale danoise. Ce dernier abritait un débat intitulé: «Art, blasphème et liberté». Plusieurs dizaines de personnes assistaient au débat qui se tenait sous protection policière puisque l'un des principaux participants est Lars Vilks, artiste suédois auteur en 2007 d'une caricature de Mahomet qui a lui valu une tentative d’assassinat. Etaient aussi présents, l’ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, mais aussi une des fondatrices des Femen, Inna Shevchenko.

Sur un enregistrement diffusé par la BBC, on entend une intervenante interrompue par des dizaines de coups de feu qui claquent sans répit, plusieurs par seconde. «Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200, a raconté l'ambassadeur de France au Danemark. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre.» François Zimeray a décrit un assaut brutal: «Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que [l'attaque contre] Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer», a-t-il déclaré, alors qu'il se trouvait encore sur les lieux une heure après l'attentat.

Quel est le bilan?

Dans la fusillade, un homme de l'assistance a été tué, et trois policiers blessés. Plusieurs participants au débat, dont l'ambassadeur et le caricaturiste, se sont repliés dans une autre salle où ils resteront pendant de longues minutes. L'assaillant a quitté rapidement les lieux dans une Volkswagen Polo. La police, qui n'a pu déterminer s'il ciblait quelqu'un en particulier, est parti à sa recherche. Selon les services de renseignement (PET), l'attaque était «planifiée». Pour la chef  du gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt: «Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste». A 22h00, l’attaque n’avait pas été revendiquée.

Quel est le profil de l’assaillant présumé?

Dans un premier temps, l'impression des enquêteurs est qu'il y avait deux hommes, dont l'un aurait aidé l'autre dans sa fuite. Mais après avoir recueilli une multitude de témoignages, la police a conclu qu'il n'y avait qu'un homme. L'homme n'a pas gardé pas sa voiture longtemps: il l'a abandonnée à deux kilomètres au nord du lieu de l'attentat, près d'une gare. Il a été filmé par des caméras de vidéosurveillance, vêtu d'une doudoune foncée, un bonnet ou une cagoule bordeaux, et un grand sac noir. Les forces de l’ordre ont ensuite diffusé une photo de cet homme qui était toujours en fuite samedi à 22h30.

À partir des éléments recueillis, les enquêteurs ont diffusé cette description de l'assaillant: un homme «entre 25 et 30 ans, d'environ 1,85 m, athlétique, d'apparence arabe, (...) les cheveux lisses».

Quelles sont les réactions?

François Hollande a très vite exprimé à la Première ministre danoise «toute la solidarité de la France dans cette épreuve» à la suite de cet «attentat». Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a lui condamné «avec la plus grande fermeté» «l'attaque terroriste» contre une réunion publique, l'Elysée annonçant immédiatement l'envoi de Bernard Cazeneuve.

De son côté, le président de l'UMP Nicolas Sarkozy a dénoncé sur Twitter un «acte terroriste qui cible nos libertés et notre civilisation».

 

Les Etats-Unis ont également condamné l'attaque «déplorable» dans un communiqué, ajoutant que Washington était prêt à apporter son aide à l'enquête.