Cérémonie d'adieu à la mémoire de Boris Eltsine

— 

«Quand il est arrivé au pouvoir j'attendais la victoire, j'étais en extase, nous recherchions une libération et il en était l'incarnation», se souvient Marina Tchoudnovskaïa, une comptable de 66 ans.

«Il allait contre le système, il était honnête et avait une bonne âme russe », témoigne Svetlana Novosseltseva. A 53 ans elle est membre d'une ONG d'Ekaterinbourg (Oural), région natale de Boris Eltsine. Pour elle les Russes mettront « des années avant d'apprécier» cet homme.

Ce matin, les Russes disent au revoir à leur premier président. Le corps de Boris Eltsine, mort lundi, est exposé pour la dernière fois dans l'immense cathédrale du Christ Sauveur à Moscou.


Un office grandiose

La cérémonie funèbre en hommage à Eltsine a commencé vers 13h30 à Moscou devant le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine. Une vingtaine d'autres dignitaires de nombreux pays, dont les anciens présidents américains George Bush père et Bill Clinton et le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy, doivent également assister à la cérémonie.

Dans la fumée de l'encens et à la lumière de centaines de cierges, les psalmodies ont retenti sans interruption. Conformément à la tradition orthodoxe, des dizaines de prêtres ou diacres vêtus de blanc devaient relayés pour chanter a capella.

Assis proches du cercueil recouvert d'un tissu blanc et du drapeau blanc, bleu, rouge de la Fédération de Russie, la veuve de Boris Eltsine, Naïna, sa fille et les autres proches parents.


Nouveau jour de deuil national en Russie

Mercredi a été décrété jour de deuil national et nombre d'immeubles de Moscou étaient parés de drapeaux en berne avec un ruban de crêpe noir.

La cérémonie d'enterrement au monastère Novodevitchi devrait débuter à 15h00. La tombe de Boris Eltsine côtoiera celle du général Alexandre Lebed qui l'avait soutenu le 19 août 1991 au moment du coup d'Etat contre Mikhaïl Gorbatchev et dont l'unité de blindés avait été la première à passer du côté de Boris Eltsine venu défendre le Parlement.