Schäuble caricaturé en nazi en Grèce: C’est «abject» réagit son porte-parole

POLEMIQUE La caricature est parue dans un journal grec proche du parti de gauche au pouvoir Syriza...

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble participe à la réunion du G20 à Istanbul, le 10 février 2015
Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble participe à la réunion du G20 à Istanbul, le 10 février 2015 — Ozan Kose AFP

Le porte-parole de Wolfgang Schäuble a qualifié vendredi d'«abjecte» une caricature publiée dans un journal grec proche du parti de gauche au pouvoir Syriza, représentant le ministre allemand en uniforme, se targuant de vouloir faire «du savon avec le gras» des Grecs.

Ce dessin paru dimanche est «abject» et son auteur «devrait avoir honte», a commenté lors de la conférence de presse régulière du gouvernement allemand Martin Jäger, porte-parole de Schäuble, interrogé sur le sujet. «Il y a le principe de la liberté d'expression, et je fais usage de la mienne à titre personnel» en exprimant cette opinion, a dit Jäger.

La caricature représente Schäuble en uniforme de la Wehrmacht, l'armée allemande, et s'intitule «les négociations ont commencé» en référence aux discussions sur la dette grecque et les réformes économiques à mener dans le pays. «Nous insistons pour faire du savon avec votre gras», dit le personnage, «nous sommes prêts à discuter sur les engrais à partir de vos cendres».

Il n'est pas rare que les dirigeants allemands soient assimilés aux nazis

Pendant la deuxième guerre mondiale les nazis ont fabriqué du savon et des engrais à partir des cadavres de prisonniers exterminés, majoritairement juifs, dans les camps de concentration. Avgi, journal proche du parti Syriza du premier ministre Alexis Tsipras arrivé au pouvoir en Grèce fin janvier, s'est fait une spécialité de représenter Schäuble en soldat allemand. L'édition de vendredi comporte également une caricature dans cette veine.

Le journal est vendu à environ 1.800 exemplaires par jour. Les antagonismes sont très forts en ce moment entre la Grèce qui veut en finir avec la rigueur et l'Allemagne qui plaide pour le respect des engagements pris avant l'arrivée au pouvoir de Syriza. Le nouveau gouvernement grec réclame en outre à Berlin des réparations de guerre.

Dans le sud de l'Europe, où l'Allemagne est vue comme le fer de lance de politiques d'austérité synonymes de souffrance sociale, il n'est pas rare que les dirigeants allemands soient assimilés aux nazis dans des caricatures ou sur des bannières lors de manifestations. Le ton n'a pas été tendre non plus dans la presse allemande ces dernières années à l'égard de la Grèce, le quotidien populaire Bild notamment s'illustrant par des Unes parfois très injurieuses.