Ukraine: A Minsk, un accord sur un cessez-le-feu et un pas vers la paix

CONFLIT Après seize heures de négociations, l'Ukraine et la Russie semblent avoir trouvé un point d'entente sur le retrait des armes lourdes. Le cessez-le-feu devrait débuter dimanche...

O. G. avec AFP

— 

Vladimir Poutine lors des négociations à Minsk pour trouver un accord de paix en Ukraine.
Vladimir Poutine lors des négociations à Minsk pour trouver un accord de paix en Ukraine. — AFP

Seize heures de négociations et enfin, un résultat.  Les dirigeants européens et les présidents ukrainien et russe ont trouvé un «accord sur l'essentiel», notamment un cessez-le-feu le 15 février et le retrait des armes lourdes le long de la ligne de front, a annoncé jeudi le président russe Vladimir Poutine. Les affrontements pendant dix mois ont fait plus de 5.300 morts.

Création d'une zone tampon élargie

«On a réussi à trouver un accord sur l'essentiel», s'est félicité Vladimir Poutine. L'accord porte sur un cessez-le-feu en vigueur dès dimanche, et sur le retrait des belligérants et de leurs armes lourdes permettant la création d'une zone tampon élargie.

Les Président russe et ukrainien ont complété cette annonce: Kiev et les rebelles prorusses ont signé une feuille de route pour la mise en oeuvre de la paix.

Les dirigeants prorusses espère une «solution pacifique»

Les dirigeants séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine se sont félicités jeudi de la signature d'un accord avec Kiev à Minsk. «Nous avons signé un accord qui donne une chance au développement pacifique des républiques (autoproclamée) de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR). C'est une grande victoire pour elles », a déclaré à la presse le dirigeant de la «République de Donetsk», Alexandre Zakhartchenko.

Le sommet de Minsk devrait donc s'achever avec une avancée. François Hollande va plus loin en évoquant «un accord sur le cessez-le-feu et un règlement politique global». Mais il a ajouté que cet espoir était «sérieux même si tout n'est pas encore accompli».

>> Crise en Ukraine: A Minsk, un sommet crucial pour la paix à l'issue très incertaine

La zone tampon plus large que dans l'accord de Minsk de septembre

Que précise cet accord? Le premier point, dont le texte a été publié par le Kremlin, porte sur un cessez-le-feu en vigueur dès le 15 février à minuit. Le deuxième point du document signé impose le retrait des belligérants et de leurs armes lourdes permettant la création d'une zone tampon d'une largeur de 50 à 70 km, contre les 30 km prévu par les précédents accords de paix conclus à Minsk le 19 septembre. Cette dernière a évolué en fonction des victoires militaires des rebelles ces derniers mois, ce qui explique la largeur plus grande de la zone tampon. Les belligérants devront quitter cette zone tampon démilitarisée et y retirer leurs armes lourdes d'ici 14 jours, a expliqué Petro Porochenko.

La fin de la guerre, vraiment?

Il s'agira donc du deuxième accord de Minsk. En effet, le 5 septembre à Minsk, un accord de cessez-le-feu avait déjà été signé... mais il est r esté pour l'essentiel lettre morte.

Il prévoit, outre un «cessez-le-feu bilatéral immédiat», le retrait des «groupes armés illégaux, des armes lourdes et de tous les combattants et mercenaires du territoire ukrainien», la libération «sans délai» de tous les prisonniers et otages ainsi qu'«un dialogue national inclusif», une «décentralisation» du pouvoir, une amnistie pour une partie des combattants et la tenue d'élections locales conformément à la législation ukrainienne.

>> Ukraine: Quels sont les obstacles à la paix?

Retrouvez dans cette infographie les étapes de la guerre entre Ukraine et Russie