VIDEO. La police australienne a déjoué un attentat terroriste à Sydney

MONDE Deux sympathisants de Daesh ont été arrêtés...

20 Minutes avec AFP

— 

Catherine Burn, chef adjoint de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, le 15 décembre 2014.
Catherine Burn, chef adjoint de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, le 15 décembre 2014. — B.Fastier/Newspix/REX/SIPA

Un mois après les attaques à Paris, le monde reste en alerte. La police australienne a annoncé mercredi qu'elle avait déjoué un attentat terroriste «imminent» à Sydney et qu'elle avait arrêté deux hommes.

«Nous pensons que ces deux hommes se préparaient à commettre cette action hier (mardi). Nous avons reçu une information supplémentaire indiquant qu'un attentat était imminent. Et nous avons agi», a déclaré Catherine Burn, chef adjoint de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, dont Sydney est la capitale.

Drapeau de Daesh

Les deux hommes arrêtés par la police australienne ont été appréhendés mardi lors d'une opération menée dans une banlieue de l'ouest de Sydney et ont été inculpés d'actions entrant dans la préparation ou la planification d'un acte terroriste. Leurs identités n'ont pas été rendues publiques pour le moment.

«Un certain nombre d'objets ont été saisis, dont une machette, un couteau de chasse, un drapeau artisanal de l'organisation terroriste interdite EI (Daesh ndr), et aussi une vidéo qui montre un homme parlant de commettre un attentat», a dit Burn. Elle a précisé que l'un des deux hommes arrêtés figurait dans la vidéo.

Niveau d'alerte relevé

L'Australie est vigilante depuis des mois devant la montée de la menace terroriste. En septembre 2014, elle a élevé son niveau d'alerte et a effectué plusieurs raids à Sydney et à Brisbane pour déjouer un complot présumé de partisans de l'EI qui projetaient d'enlever et de décapiter un Australien quel qu'il soit.

En décembre, un homme d'origine iranienne, Man Haron Monis, musulman connu pour ses idées extrémistes, a pris en otages 17 personnes dans un café de Sydney et les a retenues pendant près de 16 heures. Lorsque l'homme a abattu le directeur du café, la police a donné l'assaut et tué l'auteur de la prise d'otages. Un autre otage est mort au cours des échanges de tirs.