20 Minutes : Actualités et infos en direct
EGYPTEEgypte: 22 morts dans des heurts entre police et supporteurs de foot

Egypte: 22 morts dans des heurts entre police et supporteurs de foot

EGYPTECe sont les heurts les plus graves depuis des violences meurtrières dans un stade à Port-Saïd en 2012, qui avaient fait 74 morts et des centaines de blessés...
Des supporters du club de Zamalek devant devant un stade du nord-est du Caire, le 8 février 2015.
Des supporters du club de Zamalek devant devant un stade du nord-est du Caire, le 8 février 2015. - Ahmed Abd el-Gwad/AP/SIPA
Mathias Cena

M.C. avec AFP

Vingt-deux personnes ont été tuées et 25 autres blessées dimanche soir lors de heurts opposant au Caire la police à des supporteurs du club de football Zamalek avant un match.

La rencontre programmée contre le club d'Enbi se déroulait devant du public, et non à huis clos comme cela a été le cas pour la plupart des matches en Egypte depuis des violences meurtrières dans un stade à Port-Saïd en 2012, qui avaient fait 74 morts et des centaines de blessés.

«Tirs de chevrotine et de gaz lacrymogènes» de la police

Les autorités ont accusé des supporteurs de Zamalek d'avoir cherché à entrer de force dans l'enceinte du stade. Le nombre de supporteurs autorisés à entrer dans le stade dimanche était limité à 10.000, mais «la foule à l'extérieur a rapidement dépassé ce chiffre et a tenté de prendre d'assaut les portes du stade et d'escalader les murs», selon le ministère de l'Intérieur.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, et les supporteurs ont tiré des feux d'artifices, selon la police et des témoins. Selon l'un d'eux, «il y avait une voiture de police en feu», et la police fait usage de «tirs de chevrotine et de gaz lacrymogènes». Il précise que «les gens se sont enfuis dans le désert» pour échapper aux heurts. Un autre témoin, Mostafa Ibrahim, a affirmé que la police «a tiré des gaz lacrymogènes sur un grand nombre de supporteurs dans un espace très réduit. Les gens se piétinaient pour essayer de s'échapper.»

La rencontre a tout de même eu lieu

Malgré la gravité de la situation, la rencontre a eu lieu, ce qui a renforcé la colère des supporteurs. Pour avoir refusé de jouer, le défenseur de l'équipe de Zamalek Omar Gaber a été temporairement suspendu par son club.

«Les jeunes sont censés construire ce pays, et la police les tue», criait un homme, tandis que d'autres proches en sont venus aux mains avec les gardiens de la morgue qui bloquaient l'accès.

Sujets liés