Netanyahou appelle les français juifs à émigrer en Israël

APPEL Le Premier ministre israélien s'exprimait lors d'un meeting électoral...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le 4 janvier 2015 lors du conseil des ministres à Jérusalem
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le 4 janvier 2015 lors du conseil des ministres à Jérusalem — Oded Balilty Pool

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a appelé de nouveau dimanche les juifs de France à immigrer massivement en Israël, lors d'un meeting électoral à Jérusalem.

«Je dis aux juifs de France: votre avenir est ici, revenez dans votre patrie», a déclaré Benjamin Netanyahou, lors d'une rencontre réservée aux Franco-Israéliens dans un hôtel de Jérusalem.» Nous attendons une aliyah (immigration en Israël, ndlr) massive des juifs d'Europe et de France en particulier», a-t-il ajouté, sous les applaudissements du public.

Près de 330 personnes s'étaient pressées dans la salle à l'invitation du Likoud, le parti du Premier ministre, scandant «Bibi», le surnom de Benjamin Netanyahou, venu avec sa femme Sarah et des députés de son parti.

Irritation de Manuel Valls

Le député français Meyer Habib (UDI), ami du Premier ministre israélien, avait envoyé un message filmé dans lequel il a appelé les Franco-Israéliens à voter en faveur de Benjamin Netanyahou. «Il est le seul à pouvoir défendre les intérêts vitaux d'Israël», a affirmé le parlementaire français.

Le Premier ministre israélien a affirmé que son gouvernement avait «fait beaucoup de changements pour aider à l'intégration des juifs de France en Israël». «Nous allons continuer à nous préparer à cette immigration massive», a-t-il précisé.

Le 10 janvier, Benjamin Netanyahou avait irrité Paris en déclarant à l'attention des juifs de France qu'Israël était leur «foyer», après la prise d'otages survenue dans un supermarché casher à Paris qui s'est soldée par la mort de quatre otages juifs.

Le Premier ministre français Manuel Valls avait répliqué aussitôt: «la France sans les juifs de France n'est pas la France».