Poutine confirme un sommet mercredi sur l'Ukraine, sous conditions

MONDE Un sommet se tiendra mercredi à Minsk, au Bélarus, entre la Russie, l'Ukraine, la France et l'Allemagne à certaines conditions, a annoncé dimanche Vladimir Poutine...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande et Vladimir Poutine, le 6 février 2015.
François Hollande et Vladimir Poutine, le 6 février 2015. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Un sommet se tiendra mercredi à Minsk, au Bélarus, entre la Russie, l'Ukraine, la France et l'Allemagne, si les dirigeants des quatre pays réussissent à se mettre d'accord d'ici là sur «un certain nombre de points» concernant le plan de paix pour l'Ukraine, a annoncé dimanche le président russe.

>> Ukraine: Quels sont les obstacles à la paix? 

«Nous sommes convenus que nous allons tenter d'organiser une réunion dans ce même format entre chefs d'Eta», a annoncé Vladimir Poutine au président bélarusse, Alexandre Loukachenko, selon des images diffusées par la télévision russe.

«Nous visons mercredi, si nous réussissons d'ici là à nous mettre d'accord sur un certain nombre de points sur lesquels nous avons intensément discuté ces derniers temps».

Une conversation téléphonique avec Kiev, Berlin et Paris

La rencontre a été décidée après une conversation téléphonique avec ses «collègues de Kiev, Berlin et Paris, dans le format surnommé "de Normandie"», a-t-il précisé.

La rencontre sera précédée d'une réunion d'experts à Berlin le 9 février, puis d'une réunion du «Groupe de contact», constitué de représentants russes, ukrainiens et de l'OSCE, afin d'en «préparer les conditions et les thèmes substantiels», a précisé le Kremlin dans un communiqué.

Cette annonce intervient dans le cadre d'une initiative de paix «de la dernière chance» lancée la semaine passée par le président français et la chancelière allemande face à la dégradation de la situation sur le terrain. François Hollande et Angela Merkel ont passé plus de dix heures à en discuter jeudi à Kiev avec le président Porochenko, puis vendredi à Moscou avec son homologue russe.