Thalès: Polémique autour du salaire d'Henri Proglio

ECONOMIE Le nouveau président du conseil d'administration réclame un salaire annuel fixe de 400.000 euros par an...

20 Minutes avec agence

— 

Henri Proglio le 14 octobre 2014
Henri Proglio le 14 octobre 2014 — AFP

Quatre ans après l'affaire de sa très contestée double rémunération, Henri Proglio fait de nouveau polémique en matière de salaire. Un peu plus d'un mois après son arrivée comme président du conseil d'administration de Thales, l'ancien PDG d'EDF est déjà critiqué pour avoir réclamé un salaire annuel fixe à six chiffres, soit 400.000 euros par an.

C'est trop pour l'Etat

Une somme qui s'ajouterait selon les Echos à une retraite chapeau de 720.000 euros par an au titre de sa carrière chez Veolia. Le montant est jugé excessif par l'Etat, qui détient un peu plus de 26% du capital du groupe d'électronique et de défense. Il ne serait prêt à lâcher que 140.000 euros. «M. Proglio est très gourmand», déplore une source au sein de l'exécutif citée par Le Monde.

>> En savoir plus: Le PDG d'EDF Henri Proglio visé par une enquête pour «trafic d'influence»

Reste qu'Henri Proglio, proche de Nicolas Sarkozy, peut rétorquer que les 400.000 euros de salaire fixe qu'il souhaite est inférieur à la rémunération moyenne d'un président non exécutif du CAC 40 (433.180 euros), selon le cabinet de conseil et d'analyse financière Proxinvest, dont le calcul est relayé par de nombreux médias ce vendredi. 

450.000 de plafond pour patrons d'entreprises

Sans compter que la somme réclamée est inférieure au plafond de 450.000 euros annuels imposé par le gouvernement pour les salaires des patrons d'entreprises publiques.

Pour rappel, l'ancien patron d'EDF touchait le même montant lorsqu'il occupait la même fonction au sein de Veolia, société dans laquelle l'État ne détient aucune participation.