Inde: Un chauffeur de Uber nie avoir violé sa passagère

MONDE La police avait annoncé début décembre que le chauffeur était sous le coup de plusieurs mises en examen dans d'autres affaires, notamment pour viol, vol et agression...

20 Minutes avec AFP

— 

Le chauffeur de la société Uber accusé de viol Shiv Kumar Yadav à la sortie du tribunal de New Delhi le 8 décembre 2014
Le chauffeur de la société Uber accusé de viol Shiv Kumar Yadav à la sortie du tribunal de New Delhi le 8 décembre 2014 — Chandan Khanna AFP

Un chauffeur de Uber, accusé d'avoir violé sa passagère à New Delhi en décembre, a nié cette agression mardi devant un tribunal spécial, expliquant qu'il avait seulement tenté de la calmer alors qu'elle pleurait.

>> Uber interdit en Inde après un viol

Shiv Kumar Yadav, 32 ans, a déclaré que les accusations de viol de la jeune femme de 25 ans étaient « fausses », alors qu'il comparaît en procédure accélérée.

« Il est faux que je me sois mal conduit avec cette femme sur le siège arrière de la voiture ou qu'elle ait essayé de me repousser et tenté d'ouvrir la porte ou qu'elle ait crié après que je l'ai frappée plusieurs fois », s'est-il défendu, selon l'agence de presse indienne PTI.

Autres mises en examen

Dans une déclaration transmise à la cour, il précise : «Après être montée dans la voiture, la femme s'est mise à pleurer». Il affirme avoir tenté de la «calmer» mais avoir été rabroué.

Shiv Kumar Yadav a plaidé non-coupable des accusations de viol, kidnapping et intimidation après que la jeune femme a affirmé avoir été agressée alors qu'elle revenait d'un dîner avec ses amis.

La police avait annoncé début décembre que le chauffeur était sous le coup de plusieurs mises en examen dans d'autres affaires, notamment pour viol, vol et agression. Il était en liberté sous caution au moment des faits.

Uber a été interdit à New Delhi après cette agression qui a ravivé les craintes dans cette ville aux forts de taux de violences sexuelles contre les femmes.