Suède: Deux sans-abri roms «exposés» dans une galerie d'art

INSTALLATION De nombreuses critiques dénoncent une exploitation de la misère humaine...

N.Bg.

— 

illustration: un mendiant en Roumanie.
illustration: un mendiant en Roumanie. — Andreea Alexandru/AP/SIPA

Quand un couple de sans-abri roms mendie dans la rue, beaucoup les ignorent, certains leur donnent une pièce. D’autres les exposent dans un musée. C’est ce qui est arrivé à Malmö, en Suède. La galerie d’art contemporain Malmö Konsthall propose depuis la semaine dernière cette installation particulière: un couple venu de Roumanie, chaudement vêtu, se tenant de part et d’autre de la pièce avec un gobelet en carton dans la main.

Ils ne parlent pas aux visiteurs, et n’acceptent pas l’aumône, mais sont rémunérés à hauteur de ce que gagnent les autres personnels travaillant sur cette exposition. Au total, ils devraient gagner 5.000 couronnes (environ 530 euros).

Nombreuses critiques

Sans surprise, l’installation a reçu de nombreuses critiques, selon le site d’actu suédois The Local, ses responsables étant accusés d’exploiter la misère humaine. Une militante pour les droits des migrants confie «avoir eu un bon a priori, mais quand je suis entrée dans la pièce, ça ressemblait à une exposition ethnologique où les corps des Noirs seraient remplacés par les corps des pauvres». En réponse, la galerie avoue que vu la sensibilité du sujet, elle s’attendait aux critiques, et se défend en soulignant que les deux Roms «exposés» sont bien traités, à l’aide d’un traducteur.

Et eux, qu’en pensent-ils? La femme, Marcella Cheresi, est enceinte et souhaite accoucher dans son pays d’origine de peur que son enfant lui soit retiré par les services sociaux. L’homme, Luca Lacatus, confie vouloir construire une maison pour sa famille en Roumanie avec l’argent gagné grâce à l’expo. A la question de savoir s’il se sent exploité, il répond: «De toute façon, on a l’habitude d’être dévisagé. Autant l’être ici plutôt que dans la rue. Au moins, il fait chaud.»