Cuba: Fidel Castro réapparait en photos

MONDE Des clichés pour faire taire les rumeurs sur l'état de santé du dirigeant cubain...

20 Minutes avec AFP

— 

Une photo de Fidel Castro publiée dans la presse cubaine le 3 janvier 2015
Une photo de Fidel Castro publiée dans la presse cubaine le 3 janvier 2015 — CUBADEBATE / AFP

Le quotidien cubain Granma et d'autres médias officiels ont publié lundi soir les premières photos de Fidel Castro depuis près de six mois, alors que l'état de santé de l'ex-président a fait l'objet de rumeurs récurrentes ces dernières semaines.

«Fidel est un être exceptionnel», titre un article publié sur les portails Internet de Granma et d'autres médias, accompagné de plusieurs photos d'une rencontre entre le père de la révolution cubaine, âgé de 88 ans, et le dirigeant de la Fédération des étudiants universitaires, Randy Perdomo Garcia.

En tenue de sport bleue

Sur ces photos, Fidel Castro apparaît en tenue de sport bleue en train de converser avec Randy Perdomo Garcia, sous l'oeil de sa compagne Dalia Soto del Valle. L'article accompagnant les photos, signé par le leader estudiantin, révèle que les clichés ont été pris lors d'une rencontre le 23 janvier au domicile de l'ex-chef d'Etat dans l'ouest de La Havane.

Cette publication survient au moment où l'état de santé du «Comandante», qui n'est pas apparu en public depuis plus d'un an, fait l'objet de rumeurs récurrentes. Ses dernières photos publiées remontaient à août 2014.

Des rumeurs sur sa mort

Son silence remarqué au moment de l'annonce du dégel avec les Etats-Unis le 17 décembre, puis lors du retour au pays d'agents cubains libérés par Washington, avait relancé de nombreuses conjectures, abondamment relayées sur les réseaux sociaux.

Fin janvier toutefois, les autorités cubaines avaient apporté un premier démenti aux rumeurs en publiant une lettre de Fidel Castro adressée à cette même fédération étudiante.

Dans ce courrier, il approuvait implicitement le rapprochement avec les Etats-Unis tout en réaffirmant sa méfiance à l'égard de son vieil ennemi et en précisant qu'il n'avait «échangé aucun mot» avec les responsables américains.