Deux laboratoires d'héroïne démantelés à Rotterdam après une enquête franco-néerlandaise

ENQUETE L'organisation criminelle exportait une quarantaine de kilos par semaine à destination de la France, de la Belgique et de l'Allemagne...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de la police.
Illustration de la police. — Franck LODI/SIPA

Deux laboratoires clandestins de drogue, fabriquant principalement de l'héroïne, ont été démantelés vendredi à Rotterdam lors d'une opération de police franco-néerlandaise, a-t-on appris lundi de source policière.

Sur place les policiers ont mis la main sur une petite trentaine de kilos de drogue, dont 13 kilos d'héroïne pure et 19 kilos de produits de coupe, et 25.000 euros en liquide, a détaillé à l'AFP le commissaire de la police judiciaire de Metz Philippe Felix.

Organisation «multicarte»

Cinq trafiquants de 20 à 29 ans, de double nationalité néerlando-marocaine, ont été interpellés et incarcérés aux Pays-Bas dans l'attente de leur extradition vers la France, a précisé le commissaire, confirmant une information du Républicain Lorrain.

«C'était une grosse organisation criminelle », a-t-il précisé. Tout en étant « multicartes », ils étaient spécialisés « à 90% » dans l'héroïne et exportaient une quarantaine de kilos par semaine à destination du « quart nord-est de la France, mais aussi la Belgique et l'Allemagne » a-t-il ajouté.

«Semi-grossistes»

Intervenant dans le cadre d'une commission rogatoire internationale d'un juge de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy, la PJ de Metz a progressivement remonté la piste de ces laboratoires clandestins en interpellant plusieurs revendeurs «semi-grossistes» en Lorraine et dans le nord de la France ces six derniers mois.

Il y a un an la police judiciaire de Metz avait démantelé un autre laboratoire clandestin de drogue à Rotterdam, toujours en coopération avec la police néerlandaise. A l'époque 35 kilos d'héroïne avaient été saisis.