Ukraine: Kiev espère des pourparlers de paix à Minsk samedi

CONFLIT Dans l'est de l'Ukraine les combats ont fait 24 morts ce vendredi...

O. G. avec AFP

— 

La Première Ministre polonaises et le Président français ont appelé dans une conférence de presse commune à des négociations de paix.
La Première Ministre polonaises et le Président français ont appelé dans une conférence de presse commune à des négociations de paix. — Michel Euler/AP/SIPA

Un flou politique malgré l'urgence face aux violences qui explosent en Ukraine. Kiev espère une reprise samedi des pourparlers de paix à Minsk avec les séparatistes prorusses, encadrés par la Russie et l'OSCE, après un faux départ vendredi.

«Nous espérons signer samedi un document pour développer le mémorandum» signé en septembre, a déclaré Léonid Koutchma qui représente Kiev dans ces négociations à l'agence Interfax-Ukraine.

Des pourparlers sous haute tension

Les séparatistes prorusses ont menacé vendredi de poursuivre leur offensive en cas d'échec des pourparlers de paix qui n'ont pas eu lieu comme prévu vendredi mais pourraient reprendre samedi, selon un communiqué conjoint des républiques rebelles de Donetsk et de Lougansk. «En cas d'échec des négociations et de poursuite des tirs visant les localités dans les deux républiques, nous nous réservons le droit de poursuivre l'offensive jusqu'à la libération totale des régions de Donetsk et de Lougansk» dont une grande partie est toujours contrôlée par le gouvernement de Kiev, selon ce communiqué

La Russie doit cesser «toute forme de soutien aux séparatistes»

Par ailleurs, la France et la Pologne ont appelé vendredi à «un cessez-le-feu immédiat» en Ukraine et demandé à la Russie de cesser «toute forme de soutien aux séparatistes», dans une déclaration commune à l'issue d'une réunion intergouvernementale franco-polonaise à Paris. «Nous engageons instamment la Russie à contribuer à une solution politique et à mettre fin à toute forme de soutien aux séparatistes d'Ukraine orientale», affirment les deux pays, qui dénoncent «un cercle vicieux de la violence» en Ukraine.

Les négociations de paix annulées

Des déclarations qui s'incrivent dans un contexte politique flou. En effet, les négociations de paix sur l'Ukraine prévues vendredi à Minsk entre Kiev, Moscou et les séparatistes, encadrés par l'OSCE ont été annulées. En mauvaise posture sur le plan militaire, le président ukrainien Petro Porochenko avait appelé jeudi à des négociations de paix d'«urgence» à Minsk, et les émissaires des républiques séparatistes de Donetsk et de Lougansk sont arrivés vendredi dans la capitale bélarusse.

24 personnes dont 19 civils tués

Mais dans l'est de l'Ukraine, les combats meurtriers se poursuivent. Au moins 24 personnes, parmi lesquelles 19 civils, ont été tués au cours des dernières 24 heures dans les heurts opposant l'armée ukrainienne aux rebelles séparatistes prorusses. A Donetsk, sept civils ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi, et cinq autres vendredi matin dans le bombardement d'une maison où était distribuée de l'aide alimentaire, selon la mairie de la ville, bastion des séparatistes. Kiev a par ailleurs annoncé la mort de cinq soldats et sept civils dans des zones contrôlées par l'armée ukrainienne.

Les combats étaient violents près de la localité de Vougleguirsk, dont la prise par les séparatistes signifierait un encerclement quasi-total de Debaltseve, ville stratégique qui relie les capitales séparatistes de Donetsk et de Lougansk.